/news/currentevents
Navigation
Montréal | Charte des valeurs

Manifestation à Montréal: au tour des opposants à la charte de se faire entendre

Coup d'oeil sur cet article

Après les «Janette» samedi, c’était au tour des opposants à la charte de se faire entendre, dimanche. Plus de 500 manifestants se sont rassemblés au square Phillips pour dénoncer le «climat de peur» qu’a instauré, selon eux, le gouvernement Marois.

Les opposants à la charte des valeurs québécoises ont pris la rue pour se rendre jusqu’à la place Émilie-Gamelin. Ils ont brandi des pancartes colorées, sur lesquelles on pouvait lire: «Je ne veux pas être toléré, je veux être respecté» ou «Je suis québécois, je fais partie du "nous"».

Le coprésident de l’Association des musulmans et des arabes pour la laïcité au Québec, Haroun Bouazzi, a indiqué que cette manifestation n’avait pas pour objectif premier d’être une réplique à celle qu’a tenue le groupe des «Janette», samedi.

«On voudrait recentrer le débat sur de vrais problèmes de société, comme le droit au travail, a expliqué M. Bouazzi. On est plutôt dans une logique d’apaisement, on veut rapprocher les gens et réussir à nous unir pour un Québec meilleur. Nous ne sommes pas du tout dans une logique de tension entre le "eux" et le "nous", comme le véhicule le Parti québécois.»

Son regroupement est d’ailleurs en accord avec le principe de la neutralité religieuse de l'État, a ajouté M. Bouazzi, mais il dénonce vivement les mesures discriminatoires formulées envers les femmes musulmanes.

«Climat de peur»

«J’ai vraiment peur depuis quelques semaines, a partagé la jeune Fatima. Je marche dans la rue et on me prend automatiquement pour une femme soumise.»

Selon elle, le gouvernement de Pauline Marois a instauré un «climat de peur» malsain. «Ce n’est pas normal d’être terrifié de la sorte, nous sommes plusieurs dans cette situation», a mentionné Fatima, qui dit avoir reçu plusieurs menaces et propos xénophobes.

Amir Khadir, député de Québec solidaire dans Mercier, a déploré le fait que de tels propos xénophobes soient entendus dans le cadre du débat entourant la charte, mais il a tenu à se porter à la défense du Parti québécois.

«Je rappelle que le Parti québécois n’est pas un parti xénophobe. On n’est pas devant Le Pen en France ou Berlusconi en Italie, a déclaré M. Khadir. Je crois qu’il existe au sein du Parti québécois des hommes et des femmes respectueux de la diversité du Québec et c’est à eux qu’il faut en appeler pour que le débat soit le plus serein possible.»

Québec solidaire se dit en faveur d’une laïcité qui «ne se fait pas sur la tête des femmes musulmanes», a fait savoir Amir Khadir.

 

Commentaires