/news/politics
Navigation
Allégation de pots-de-vin

Démission d’un candidat de Denis Coderre en raison d’allégations de pots-de-vin

robert zambito
Photo Courtoisie Robert Zambito

Coup d'oeil sur cet article

Un candidat de l'Équipe Denis Coderre dans l’arrondissement de Saint-Léonard, Robert L. Zambito, a démissionné mardi à la suite d’allégations de malversations.

Dans un communiqué, M. Coderre explique que M. Zambito l'a informé qu’il fait l’objet d’allégations de malversations au sujet de la vente d’un terrain datant de 2010.

«J’ai dit et répété à plusieurs reprises que c’est tolérance zéro en matière de malversations, qu’elles fassent ou non objet d’accusations. J’ai donc exigé que M. Zambito retire immédiatement sa candidature et cesse de se réclamer de l’Équipe Denis Coderre pour Montréal», a affirmé le candidat à la mairie de Montréal.

«Même si M. Zambito clame son innocence, nous ne pouvons tolérer le moindre écart de conduire en matière d’intégrité», a ajouté M. Coderre.

Gestionnaire immobilier de profession, M. Zambito était conseiller de Ville dans le district de Saint-Léonard-Est. Il siège à l’arrondissement depuis 1986 et était en poste lorsque Frank Zampino, ancien président du comité exécutif de la Ville et ancien maire de Saint-Léonard, était en poste.

Le bureau de la mairie de Saint-Léonard a indiqué que M. Zambito assumera ses fonctions de conseiller jusqu’au 3 novembre, jour des élections.

Nom rayé des bulletins

Sur le site d’Équipe Coderre, le profil de M. Zambito a été supprimé.

Le porte-parole d’Élection Montréal, Pierre G. Laporte, a confirmé avoir reçu une lettre de démission de M. Zambito. Étant donné que la période du vote par anticipation a commencé, des employés du scrutin ratureront, à la main, le nom du candidat sur les bulletins vierges.

Lors du dépouillement des bulletins, ceux contenant un vote pour M. Zambito seront annulés.

Les autres partis réagissent

En point de presse, Richard Bergeron s’est dit peu surpris de cette démission. Il a tenu à rappeler que M. Zambito était le deuxième candidat d’Équipe Coderre à démissionner à la suite d’une enquête. Il a aussi soulevé qu’au mois de février, l’UPAC avait mené six perquisitions à Montréal, dont une dans Saint-Léonard.

«On a entendu Denis Coderre se vanter de son fameux "filtre", mais de toute évidence, Robert Zambito est passé à travers. Je signale que c'est le deuxième scandale avant même l'élection!», s'est exclamé M. Bergeron.

Quant à Mélanie Joly du parti Vrai changement pour Montréal, elle a mentionné qu’«en choisissant pour des raisons électoralistes des anciens d’Union Montréal et en sachant qu’il y avait eu des perquisitions dans les arrondissements représentés par ceux-ci, M. Coderre montre qu’il n’a pas de crédibilité.»

Au moment d'écrire ces lignes, la Coalition Montréal n'avait toujours pas réagi à la nouvelle.
 

Commentaires