/world
Navigation
Dossier spécial

Tchécoslovaquie : le divorce de velours

Coup d'oeil sur cet article

En 1993, la Tchécoslovaquie s’est scindée en deux nouveaux pays: la République tchèque et la Slovaquie. Les Tchèques et les Slovaques se sont entendus afin d’en arriver à cette solution. Dans le calme et sans violence, les deux nouveaux pays ont réalisé un «divorce de velours».

En 1993, la Tchécoslovaquie s’est scindée en deux nouveaux pays: la République tchèque et la Slovaquie. Les Tchèques et les Slovaques se sont entendus afin d’en arriver à cette solution. Dans le calme et sans violence, les deux nouveaux pays ont réalisé un «divorce de velours». Cette solution en a surpris plus d’un, car il n’y a même pas eu de référendum.

Malgré certaines oppositions, la dissolution de la Tchécoslovaquie a été votée le 25 novembre 1992, par l’entremise d’un vote de 183 députés sur 300 au Parlement tchécoslovaque. Cette adoption a toutefois été acquise par une mince majorité, considérant qu’il fallait 180 députés favorables à la proposition, ce qui représentait les trois cinquièmes des votes nécessaires.

Une tentative de référendum s’est par la suite produite pour empêcher la dissolution du pays. Une pétition de plus de 2 millions de noms, dont 200 000 Slovaques, demandait un référendum sur la question. Les députés n’étant pas capables de s’entendre sur les paramètres de ce référendum, il n’a pas eu lieu. La cause était donc entendue, la Slovaquie et la République tchèque allaient se séparer.

PAS DÉSIRÉE

Autant chez les Tchèques que chez les Slovaques, les deux populations ne désiraient pas en arriver à cette scission. Selon un sondage de juin 1992, 81% des Tchèques y étaient opposés, tandis que 63% des Slovaques avaient la même position. Le pourcentage a aussi augmenté chez les Slovaques après l’accession à l’indépendance.

Deux ans plus tard, en 1995, cette tendance se confirmait chez les Slovaques, mais la population tchèque se situait de plus en plus à l’opposé: 57% de ces derniers préféraient vivre dans leur propre État, alors que seulement 36% des Slovaques étaient heureux et à l’aise avec l’indépendance de leur pays. C’est une fois l’indépendance obtenue que les deux peuples l’ont finalement désirée!


UNE SÉRIE À LIRE SUR 10 SEMAINES

1. La Catalogne

2. La Belgique

3. L’Écosse

4. Les pays baltes

5. La République tchèque

6. La Slovaquie

7. Le Monténégro

8. Les lois linguistiques à travers le monde

9. La crise de l’Union européenne (1re partie)

10. La crise de l’Union européenne (2e partie)

Commentaires