/lifestyle/health
Navigation
Santé

Les effets indésirables des médicaments

Coup d'oeil sur cet article

Une personne âgée sur cinq est réadmise à l’hôpital dans le mois suivant sa sortie. Plusieurs de ces réadmissions surviennent pour des raisons évitables. Les effets indési­rables des médicaments sont une des causes importantes de ces retours à l’hôpital.

Une personne âgée sur cinq est réadmise à l’hôpital dans le mois suivant sa sortie. Plusieurs de ces réadmissions surviennent pour des raisons évitables. Les effets indési­rables des médicaments sont une des causes importantes de ces retours à l’hôpital.

Aux États-Unis, on va jusqu’à pénaliser les hôpitaux qui ont un taux très élevé de réadmissions.

En fait, quatre médicaments spécifiques sont actuellement responsables de la plupart des réhospitalisations.

Ce sont les hypoglycémiants oraux et l’insuline utilisés contre le diabète, l’anticoagulant warfarine (Coumadin) et les médicaments antiplaquettaires utilisés pour éclaircir le sang. Souvent, une surdose accidentelle est impliquée.

Mais comment faire pour réduire ces risques importants, en particulier pour les personnes âgées et vulnérables?

Le bilan des médicaments

Dès votre admission à l’hôpital, vous devriez valider la liste de médicaments que vous prendrez tout au long des différentes étapes de votre hospitalisation.

À votre arrivée, l’hôpital devrait transmettre une demande à votre pharmacien pour qu’il fournisse la liste complète de vos médicaments actifs ainsi que les antibiotiques, la prednisone et certains autres traitements que vous avez pu prendre au cours des trois derniers mois.

Votre pharmacien, dès qu’il reçoit cette demande, la traite en priorité et s’empresse d’analyser votre dossier et de fournir ces informations qui peuvent être vitales lorsque, par exemple, une personne arrive inconsciente à l’hôpital.

Cette liste permet donc de reconnaître des divergences entre les ordonnances reçues et celles qu’on s’apprête à vous prescrire.

On identifie des médicaments d’une même classe pris en double, des médicaments oubliés, des doses trop élevées ou des interactions médicamenteuses. Ces divergences, lorsqu’elles ne sont pas identifiées, contribuent à doubler le nombre de réadmissions en moins de 30 jours.

De plus, en faisant une analyse de l’ensemble de votre traitement médicamenteux, il est possible de simplifier votre médi­cation en recommandant un produit qui associe deux médicaments ou une forme à longue durée d’action pour faciliter l’adhésion au traitement et limiter les oublis.

À votre sortie de l’hôpital, votre pharmacien prépare vos nouveaux médicaments, mais, pour assurer votre sécurité, il analyse votre dossier et va rendre inactives vos anciennes ordonnances pour ne conserver que les nouvelles, éliminant ainsi des ambiguïtés qui pourraient devenir dangereuses pour vous.

Il vous dira de cesser de prendre certains anciens médicaments et de les rapporter à la pharmacie pour qu’ils soient détruits afin d’éviter de les confondre et de pren­dre, par exemple, deux médicaments aux noms différents, mais de la même famille.

La communication

En tant que patient, vous devez être un véritable «partenaire» de votre santé. La communication avec vous et entre les différents professionnels de la santé joue un rôle déterminant pour votre sécurité.

On doit vous expliquer à quoi sert chacun de vos médicaments.

Vous devez connaître le nom des maladies dont vous souffrez.

Si on vous remet un plan de soins, par exemple pour l’asthme, informez-en aussi votre pharmacien. Médecins et pharmaciens se parlent plusieurs fois par jour. Les pharmaciens de votre pharmacie privée parlent aussi souvent avec leurs collègues pharmaciens d’hôpital pour clarifier des ordonnances.

Avec votre consentement, les pharmaciens et les infirmières discutent souvent ensemble si vous vivez dans une résidence pour personnes âgées, en CHSLD ou si vous êtes suivi par un GMF.

Il a d’ailleurs été démontré que lorsqu’un pharmacien et une infirmière assurent le suivi de patients présentant une insuffisance cardiaque une semaine après leur sortie d’hôpital, les réadmissions étaient réduites de 50%.

Conduire une auto sans connaître le Code de la route nous mènerait rapidement à avoir un accident. Prendre des médicaments sans comprendre à bien les utiliser peut rapidement nous rame­ner à l’hôpital.

Dans les deux cas, connaître et respecter les règles nous permet de rentrer chez vous et d’y demeurer plus longtemps.

Commentaires