/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

De retour en enfance avec Pokémon

Coup d'oeil sur cet article

Lorsque les annonces des Pokémons X et Y ont commencé à se faire entendre, j'étais jaloux. Voyez-vous, je ne suis pas un gamer qui aime jouer sur une console portable, je n'avais donc pas de 3DS. Ceci dit, le nouveau Pokémon avait l'air si différent des précédents, je n'ai pas pu m'empêcher de me pointer au Best Buy pour acheter une 3DS toute neuve, retourner chez moi et télécharger le jeu avec impatience. Oh, que ce n'était pas une erreur.

Pour moi, ce jeu vaut son pesant d'or. Il faut comprendre que le dernier jeu de la série auquel j'ai joué était Pokémon Ruby sur ma vieille Game Boy Advance SP. À l'époque, je n'avais que mon frère avec qui je pouvais faire des échanges et des batailles, le tout avec une 3e génération de Pokémons qui était déjà loin de ceux que je connaissais du dessin animé original. C'était il y a bien longtemps (sacré coup de vieux, on remonte à 2003...) et déjà j'avais le sentiment de m'éloigner de la franchise du départ, avec Ash et ses compagnons. Au fil des jeux développés par la suite, les nouvelles espèces de "monstres de poche" m'ont semblées de plus en plus bizarres, tirées par les cheveux. Des êtres comme Nosepass ou Trubbish me semblaient ridicules. Cela va sans dire que depuis le tout premier Pokémon Jaune, je n'avais pas vraiment l'impression de faire combattre des pokémons. J'avais l'impression vague de choisir quel dessin allait en affronter un autre en faisant des choix stratégiques pour les types d'attaque. Bref, mon approche a vite fini par ressembler à un jeu de "roche papier ciseaux" contre une intelligence artificielle qui ne semble pas connaître les règles.

pokemon roamin

Maintenant, c'est complètement différent. Après être resté si longtemps à l'écart de la franchise, le retour est fantastique. Je me sentais comme un enfant de 10 ans lorsque, tout au début de l'histoire, on m'a dit "Allez, choisis ton Pokémon! Nous allons partir à l'aventure ensemble pour tous les attraper!". Et une aventure ce fut véritablement, avec mes compagnons de voyage qui courent à mes côtés dans la forêt en découvrant le monde avec moi. Lorsqu'un Weedle m'attaque, je vois les brins d'herbe voler devant mes yeux, puis un zoom-out sur le visage du petit ver. L'action commence avec, sur l'écran du haut, des positions de caméra qui donnent l'impression que chaque affrontement est chargé d'excitation et de suspens. L'immersion est réelle.

En explorant et en rencontrant de nouvelles créatures autant que des plus connues, je me disais constamment "Wow, je vais attraper celui là, il a l'air trop cool! Je vais pouvoir le montrer à mes amis!", idée qui, lors de mon enfance, ne me traversais pas l'esprit puisque le seul autre entraîneur de Pokémon que je connaissais était à côté de moi et venait probablement de rencontrer la même créature. Mais voilà : dans Pokémon X & Y, la diversité de Pokémons est deux ou trois fois plus grande qu'avant! Il m'arrive encore de retourner dans des zones que j'ai déjà traversées pour y rencontrer des monstres que je ne connaissais pas. Il va s'en dire qu'avec la nouvelle fonctionnalité du fameux "Exp. Share", cet objet qui partage de l'expérience aux Pokémons qui ne font pas partie d'un combat, il est beaucoup moins important qu'avant de rester dans le même buisson pour augmenter les niveaux de tous ses compagnons.

pikachu

D'ailleurs, le jeu est beaucoup moins répétitif qu'avant. Dans mes souvenirs, il m'était fréquent de devoir passer beaucoup de temps à entraîner mes Pokémons favoris pour arriver à vaincre un Gym Leader. Maintenant, ce n'est plus un problème, et même la Victory Road et l'Elite Four sont beaucoup plus faciles à vaincre qu'avant. Malgré tout et en dépit de mon goût pour les jeux difficiles, je trouve que ce n'est pas une mauvaise chose : la facilité permet au joueur de se concentrer sur ce qu'il veut vraiment : avoir son équipe de combattants monstrueux idéale, malgré des faiblesses évidentes. Sur la même lancée, les entraîneurs qui veulent maximiser leur efficacité seront probablement contents d'apprendre qu'il est maintenant beaucoup plus facile de "EV train" ses Pokémons, avec un nouveau mini-jeu.

Ceux qui comme moi recherchent la nostalgie n'auront pas besoin de chercher longtemps : Les favoris comme Dragonite, Eevee, Pikachu et Arcanine sont de retour! Absolument tous les pokémons de la première génération peuvent êtres attrapés. Bien sûr, il y en a plusieurs qui se retrouvent sur notre chemin pendant le voyage, mais plusieurs autres se retrouvent dans le "Friend Safari", une nouvelle version du safari qui fonctionne comme suit : Pour chaque ami que vous avez ajouté et qui joue à Pokémon X ou Y, le Safari vous offre 3 Pokémons à rencontrer. Ce système est très intéressant pour ceux qui veulent "Tous les attraper", mais possède un gros point faible à mon avis : La zone du safari ne consiste qu'en un simple carré de tourbe de quelques mètres carré.

Finalement, le jeu se situe à un niveau définitivement au-dessus de ce que j'ai expérimenté sur les précédentes éditions. Les "Méga-Évolutions" me semblaient bizarres au début, mais au final elles s'harmonisent bien avec le jeu. Le "Wonder Trade" est une loterie intéressante dans laquelle on échange un Pokémon de notre choix contre un Pokémon de quelqu'un d'autre au hasard. Malheureusement, l'intelligence artificielle des adversaires est toujours aussi douteuse qu'avant, et on a encore l'impression que les entraîneurs qu'on affronte durant l'histoire ne savent pas que des Pokémons de type eau ont l'avantage sur des Pokémons de type feu.

Oh, j'oubliais : Le protagoniste peut maintenant s'orienter dans toutes les directions plutôt que selon les quatre points cardinaux. RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE!