/finance/news
Navigation
Dans vos poches

Pas de honte à mener une vie plus simple

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs personnes me demandent comment j’ose faire pour exposer sur les pages d’un journal fort populaire ma quête de vie plus simple et plus posée. Mais que diriez-vous de ne pas être pris dans la circulation du matin au soir, de paresser au lit à lire un bouquin jusqu’à midi, de ne pas courir comme une folle les week-ends à faire l’épicerie, à passer à la pharmacie, chez le boucher ou chez le nettoyeur?

Plusieurs personnes me demandent comment j’ose faire pour exposer sur les pages d’un journal fort populaire ma quête de vie plus simple et plus posée. Mais que diriez-vous de ne pas être pris dans la circulation du matin au soir, de paresser au lit à lire un bouquin jusqu’à midi, de ne pas courir comme une folle les week-ends à faire l’épicerie, à passer à la pharmacie, chez le boucher ou chez le nettoyeur?

Que diriez-vous de préparer votre souper à 14 heures au lieu de vous épuiser en rentrant du boulot afin de livrer un repas agréable à votre famille à une heure convenable? Oui, je suis choyée, j’en conviens. J’ai enfin du temps pour moi, mais j’ai travaillé pour ça.

RAS-LE-BOL

J’en avais ras-le-pompon de toujours courir après ma queue. Ai-je honte de ça? Ai-je honte d’avouer que j’utilise des coupons, que je n’achète que ce qui est au rabais dans les épiceries et que j’utilise toutes les ressources à ma portée afin d’économiser? Mais pas du tout! Il y a des gens qui se penchent pour ramasser un «25 cents» par terre. Eh bien, c’est un 25 cents de plus dans leurs poches.

Oui, c’est vrai, il y a des sacrifices à faire pour vivre cette nouvelle vie. Parce que je veux conserver, entre autres, mes services de câble télé et d’Internet, parce que je ne veux pas manger des céréales pour souper le restant de mes jours et parce que boire un verre de vin de temps à autre est agréable.

L’UTOPIE

Conserver le même rythme de vie qu’avant, monétairement parlant, est chose impossible. C’est utopique de croire que je voyagerai encore comme auparavant et que j’irai souper au resto aussi souvent. C’est un changement de vie à 360 degrés.

Plusieurs diront que c’est cher payé pour vivre sa «Liberté 55» et vous avez parfaitement raison. Mais je suis prête à en faire le sacrifice.

Maintenant ma carte de crédit demeure dans mon portefeuille et elle ne servira qu’en cas d’urgence. Finis les achats impulsifs.

Sidney Carroll, un producteur d’Hollywood, a dit un jour «A bargain ain’t a bargain unless it’s something you need», ce qui se traduirait par «Une bonne affaire n’est pas une affaire sauf si c’est quelque chose dont vous avez besoin». Pensez-y, ça fera plus de sous dans vos poches pour préparer votre retraite.

 

Commentaires