/misc
Navigation

Pourquoi pas du ski en ville?

Bloc Bilodeau

Coup d'oeil sur cet article

L’avenir nous dira si Denis Coderre est le maire qui pourra relancer Montréal. Je lui refile une idée pour commencer son règne à l’hôtel de ville: peut-on faire revivre l’ancienne piste de ski sur le mont Royal?

L’avenir nous dira si Denis Coderre est le maire qui pourra relancer Montréal. Je lui refile une idée pour commencer son règne à l’hôtel de ville: peut-on faire revivre l’ancienne piste de ski sur le mont Royal?

L’un de mes rêves, c’est de voir renaître la pente de ski derrière l’École polytechnique, même si cette piste est condamnée depuis longtemps. On peut encore trouver les restes rouillés de l’ancien remonte-pente et on perçoit qu’il y a déjà eu à cet endroit des pistes défrichées.

Je n’irais pas jusqu’à pousser un projet d’y présenter une Coupe du monde de ski acrobatique, parce que même si la piste est assez longue, il faudra sans doute y déverser des quantités considérables de neige. Mais ne serait-ce que pour y aménager une piste accessible à toute la population et où les jeunes pourraient y pratiquer le slopestyle par exemple, je suis certain qu’il y a encore un potentiel dans cette montagne.

Je suis convaincu que ça pourrait devenir populaire auprès des amateurs de glisse. Imaginez: les mordus de ski pourraient même s’y rendre en métro!

Besoin d’événements

Montréal est reconnue comme une ville de festivals, mais elle a besoin de plus en plus d’événements sportifs. Autant je suis fier d’être Montréalais, autant j’avoue que Québec semble nous devancer du côté événementiel. Il suffit de regarder les effets du Red Bull Crashed Ice. C’est fou comment cet événement apporte de la visibilité à Québec.

On devrait exploiter davantage le mont Royal pour des événements sportifs. L’été, on l’utilise avec le Grand Prix cycliste professionnel et ça permet de mettre Montréal en valeur sur la scène internationale.

Le Championnat mondial des sports aquatiques en 2005 a eu des effets majeurs sur la ville et sur les athlètes québécois. La Coupe Rogers de tennis a des retombées bénéfiques, autant économiques que pour la popularité de ce sport. Il n’y a pas de doute dans mon esprit que la population apprécierait voir ici de grands événements internationaux entre les Jeux olympiques.

Voter, c’est s’exprimer

Je m’autorise à lancer une telle idée parce que j’ai voté dimanche dernier! Ce qui m’a surpris le plus de cette élection municipale, c’est le taux de participation décevant d’un peu plus de 40 %. Je ne peux pas croire que les bureaux de scrutin étaient situés trop loin des citoyens...

Ça me désole de voir que les gens s’indignent devant la corruption ou que les jeunes se plaignent des mesures visant à encadrer les manifestations, mais qu’ils ne font pas leur devoir de citoyen. Avant de descendre dans la rue, il faut d’abord aller voter. Même si on préfère annuler son vote, il faut le faire pour lancer un message d’insatisfaction aux autorités.

Bon règne à M. Coderre! Je sais qu’il me suit sur Twitter. De toute façon, il suit beaucoup de monde sur Twitter!

 

— Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires