/finance/news
Navigation
Dans vos poches

Bell et la protection de votre vie privée

Bell et la protection de votre vie privée
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Bell a récemment annoncé qu’elle allait modifier sa politique sur la protection de la vie privée. Doit-on s’inquiéter?

Bell a récemment annoncé qu’elle allait modifier sa politique sur la protection de la vie privée. Doit-on s’inquiéter?

Bell collecte depuis longtemps toutes sortes de renseignements sur ses clients. Jusqu’ici, le géant des télécommunications collectait et utilisait ces renseignements à ses propres fins. À compter du 16 novembre, Bell utilisera certaines informations concernant ses clients – comme le sexe, le groupe d’âge, l’emplacement, l’historique de navigation Internet, les habitudes d’appel et les émissions de télé visionnées, par exemple – pour créer de nouveaux rapports d’affaires et de marketing, et pour faire en sorte que les publicités et les offres de ses partenaires soient plus pertinentes.

On comprend entre les lignes que Bell entend gagner de l’argent en «partageant» des informations avec d’autres entreprises. Un peu comme Facebook, qui tire principalement ses revenus de la vente de publicité ciblée.

Protéger sa vie privée

Ces changements signifient-ils que Bell pourrait vendre à une compagnie comme Rona des informations qui vous concernent personnellement: vous vous appelez Stéphanie Nguyen, vous habitez à Terrebonne et, dans la dernière semai­ne, vous avez utilisé cinq fois le mot clé «robinet» en surfant sur Internet?

Bonne question. Bell assure qu’elle ne communiquera aucun renseignement personnel, c’est-à-dire aucune information permettant d’identifier personnellement un client. De toute évidence, votre nom, votre adresse et vos numéros de téléphone permettent de vous identifier personnellement. Mais qu’en est-il de votre historique de navigation sur Internet ou encore de votre emplacement lorsque vous faites un appel? Certains spécialistes des télécommunications estiment qu’en recoupant ce genre d’information, on pourrait arriver à identifier un client.

Selon la loi, Bell doit obtenir le consentement de ses clients avant de communiquer leurs renseignements personnels à des tiers. Malgré tout, il semble que Bell n’ait pas l’intention d’obtenir activement le consentement de chacun de ses clients pour sa nouvelle politi­que sur la protection de la vie privée. Par défaut, vous consentez à cette nouvelle politique.

Il reste que vous avez le droit de refuser que la nouvelle politique s’applique à vous. Et, chose importante, Bell ne pourra refuser de vous fournir ses services parce que vous refusez d’y adhérer.

 

Commentaires