/sports/hockey/canadien
Navigation
LNH | Canadiens

Le retour de Dumont

Gabriel Dumont jouera au centre du quatrième trio face aux Islanders

Dumont au cœur de la lutte
Photo d'archives Gabriel Dumont

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Gabriel Dumont est le premier à la reconnaître : il n’a pas connu un bon camp avec le Canadien. Plus d’un mois plus tard, Dumont aura l’occasion d’effacer ce faux départ et de repartir sur de nouvelles bases.

MONTRÉAL | Gabriel Dumont est le premier à la reconnaître : il n’a pas connu un bon camp avec le Canadien. Plus d’un mois plus tard, Dumont aura l’occasion d’effacer ce faux départ et de repartir sur de nouvelles bases.

Rappelé samedi des Bulldogs de Hamilton, Dumont endossera l’uniforme du CH pour une première fois cette saison lors de la visite des Islanders de New York, dimanche, au Centre Bell.

Michel Therrien utilisera Dumont au centre du quatrième trio en compagnie de Travis Moen et de Ryan White. George Parros, qui a un dossier de -5 en cinq rencontres, sautera donc son tour.

La patience

Depuis le début de la saison, Dumont a pris son mal en patience avec les Bulldogs. Il a vu quatre de ses coéquipiers faire le trajet Hamilton-Montréal avant lui. Les Patrick Holland, Michael Blunden, Louis Leblanc et Martin St-Pierre ont chacun reçu des auditions avec le grand club.

« Si je regardais uniquement la hiérarchie de l’équipe, je me dirais que ça va mal puisque je suis le cinquième attaquant à obtenir un rappel cette année, a dit avec un sourire Dumont. Jepréfère me dire qu’il reste encore plusieurs matchs à la saison et qu’on est juste au mois de novembre. Je n’étais pas trop inquiet. »

Redevenir le même joueur

Au mois de septembre, Dumont représentait un candidat légitime au poste de quatrième centre de l’équipe ou de 13 attaquants. Il n’a toutefois pas atteint son objectif, prenant le chemin de Hamilton, le 27 septembre.

Avec un peu de recul, le choix de 5e tour du Tricolore en 2009 reconnaît qu’il s’était placé une trop grande pression sur ses épaules.

« Je ne cherche pas d’excuses, je n’ai pas connu un bon camp, a répondu le Québécois de 23 ans. Je suis arrivé au camp avec l’idée d’en faire trop. Je voulais être intense, je voulais créer des jeux, je voulais bien jouer défensivement et je désirais bien jouer en désavantage numérique. Je pensais à trop de choses en même temps. »

« Quand ils m’ont retranché, c’est ça qu’ils m’ont dit, a-t-il poursuivi. Ils m’ont expliqué que je n’étais pas le même joueur. À mon retour à Hamilton, j’ai gardé un jeu plus simple pour retrouver ma propre identité. »

En 12 matchs avec les Bulldogs, Dumont a récolté quatre passes.

Commentaires