/lifestyle/health
Navigation
Lamarre

Plus on est âgé, plus on est fidèle

Plus on est âgé, plus on est fidèle
photo fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Quand on apprend qu’on a une maladie chronique comme l’hypertension ou le diabète, il faut d’abord accepter le fait que l’on a une maladie alors que l’on ne ressent souvent aucun symptôme. Ensuite, il faut changer certaines habitudes de vie comme l’alimentation et en ajouter de nouvelles comme faire de l’exercice. Il faut aussi souvent ajouter un ou des médicaments à prendre chaque jour, parfois plusieurs fois par jour et rester fidèle à son traitement par la suite.

Quand on apprend qu’on a une maladie chronique comme l’hypertension ou le diabète, il faut d’abord accepter le fait que l’on a une maladie alors que l’on ne ressent souvent aucun symptôme. Ensuite, il faut changer certaines habitudes de vie comme l’alimentation et en ajouter de nouvelles comme faire de l’exercice. Il faut aussi souvent ajouter un ou des médicaments à prendre chaque jour, parfois plusieurs fois par jour et rester fidèle à son traitement par la suite.

Un test amusant

Cette semaine se tenait à Québec le Symposium sur l’adhésion au traitement. Pour faire comprendre la difficulté de prendre régulièrement des médicaments, chaque participant à ce congrès de deux jours a reçu deux bouteilles de pseudo-médicaments. Il fallait en prendre un, à raison de un comprimé trois fois par jour une heure avant les repas et l’autre à raison de 1 ½ comprimé au coucher. Vraiment pas facile! Moins de la moitié des participants ont réussi sans en oublier!

Si vous ne prenez pas de médicaments, faites le test cette semaine en utilisant les bonbons d’Halloween qui restent à la maison. Les petits rouleaux de bonbons ou les Skittles® peuvent faire l’affaire. Essayez pendant deux jours seulement de prendre des médicaments à heure fixe. On réalise combien les gens qui le font tous les jours de leur vie ont du mérite. Ils doivent toujours avoir une petite alerte en tête pour ne pas oublier.

Dans ce congrès, une étude sur les personnes diabétiques du Québec(1) a observé comment ces personnes qui commençaient un médicament contre le diabète y étaient encore fidèles un an après le début.

Le mot scientifique pour évaluer leur fidélité se nomme l’adhésion au traitement. Quand on évalue l’adhésion, on regarde deux choses. 1) Est-ce que la personne qui prend un médicament persiste dans le temps à prendre sa médication? On parle ici de persistance au traitement.

2) Combien de doses «saute-t-elle»? On parle alors d’observance au traitement.

L’étude a porté sur 151 173 Québécois qui ont commencé un traitement contre le diabète entre le 1er janvier 2000 et le 31 décembre 2008. Environ 80 % des personnes prenaient encore leur médicament un an après le début. Quatre personnes sur cinq. Parmi celles qui le prenaient encore, on a calculé combien prenaient les quantités recommandées en analysant les dates de renouvellements à la RAMQ. Or 78 % des personnes qui avaient continué à les prendre, les renouvelaient correctement.

Il n’y avait donc que 62,4 % des nouveaux patients diabétiques qui prenaient régulièrement leur médication un an après avoir débuté. Pas facile d’être fidèle.

Plus les gens étaient âgés, plus ils étaient fidèles à leur médication. On peut penser que lorsque les gens se savent malades et ont besoin de plusieurs médicaments, ils intègrent plus assidument la prise de médicaments dans leur quotidien.

Nouvelles technologies

Grand-papa et grand-maman ont maintenant un I-Phone? Des alarmes peuvent faire d’excellents aide-mémoire. Et si on se fie aux participants du Congrès et aux études, les plus jeunes en auraient peut-être encore plus besoin!

Synchroniser ses médicaments

Il semble aussi que de faire arriver les dates de renouvellements de ses médicaments toutes ensemble, à un seul moment du mois, soit un facteur qui aide l’adhésion. Une autre étude(2) démontrait ainsi que la synchronisation des dates faisait passer le taux d’adhésion d’environ 37% à 66%.

Personne n’aime vraiment devoir prendre des médicaments, mais lorsqu’il le faut, être fidèle à son traitement est déterminant pour obtenir la protection attendue de ses médicaments. Et si vous accompagnez quelqu’un qui doit en prendre, faites-le test pour deux jours!


(1) Guénette L, Moisan J, Breton MC, Sirois C, Grégoire JP. Difficulty adhering to antidiabetic treatment : Factors associated with persistence and compliance Diabetes & Metabolism 2013 ; 39 : 250-7

(2) Holdford DA, Inocencio TJ. Adherence and persistence associated with an appointment-based medication synchronization program. J Am Assoc 2013 ;53 :576-83

Commentaires