/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien

Brandon Prust restera le même

Brandon Prust
Photo Bruce Fedyck / USA Today Sports Brandon Prust

Coup d'oeil sur cet article

« Je dois arrêter de foncer tête première dans les bandes, c’est mon principal objectif! » À l’exception de cette promesse, Brandon Prust ne changera pas d’identité à son retour au jeu.

Le Canadien devrait recevoir un électrochoc important d’ici les prochains jours avec le possible retour de Prust.

«C’est possible pour vendredi à Columbus ou samedi contre les Rangers à Montréal, c’est mon but, a expliqué Prust à sa sortie d’un entraînement optionnel, hier, à Brossard. Je ne fais toutefois pas de promesse. À partir de samedi, ça fera exactement un mois. C’est le temps pendant lequel je devais m’absenter. Je suis très, très près d’un retour. Je veux revenir, mais je dois m’assurer d’être à 100%»

Si on reproche à certains joueurs d’appuyer trop souvent sur les freins, on n’accusera jamais Prust de cette faute.

Blessé à l’épaule droite, Prust n’a pas joué depuis le 19 octobre. Il avait lourdement chuté contre la bande en tentant de plaquer le défenseur Victor Bartley, des Predators de Nashville. L’an dernier, l’Ontarien avait également embrassé la rampe en voulant empêcher un dégagement lors d’un match à Tampa Bay. Son épaule gauche avait encaissé le coup, le forçant à s’absenter pour huit rencontres.

Avec deux épaules fragiles, Prust deviendra-t-il plus sage à son retour au jeu?

«Je pourrais demander qu’on mette de la mousse sur les bandes, a-t-il lancé avec le sourire. Non, je dois continuer à jouer de la même façon. C’est de la malchance. J’ai joué deux ans et demi sans manquer de match. Là, j’ai eu quelques coups de malchance.

«Je devrai être capable de redevenir le même joueur, je foncerai encore pour frapper un adversaire contre la bande, a-t-il poursuivi. Je ne ralentirai pas.»

Prust n’a pas le talent brut d’un Alex Galchenyuk ou d’un Tomas Plekanec, mais il reste un ingrédient essentiel de la recette de Michel Therrien. En son absence, le CH a maintenant un dossier de 4-5-2.

MURRAY, L’ULTIME TEST

Au cours des derniers jours, Prust a travaillé sur son épaule gauche à plusieurs reprises avec Pierre Allard, le responsable du conditionnement physique.

«Les deux premières semaines, il me donnait le goût de vomir, a reconnu Prust. Je me disais que je ne pouvais plus attendre de commencer à le frapper.»

Sur la glace pour l’entraînement optionnel, le numéro 8 du Tricolore portait pour une première fois un chandail rouge lui autorisant le contact.

«J’ai commencé ça lentement, j’ai demandé à Davey (David Desharnais) et à Danny (Daniel Brière) de me frapper, a-t-il blagué. Je demanderai à Douglas Murray de me plaquer uniquement vendredi. Douglas me servira de test ultime.»

En huit matchs cette saison, Prust a récol­té 3 points (2 buts, 1 aide). Son impact sur l’équipe ne se calculera toutefois jamais uniquement en fonction des buts ou des passes.

EMELIN DU VOYAGE

Comme prévu, Alexeï Emelin accompagnera ses coéquipiers à Columbus. À l’instar de Prust, le défenseur russe pourrait revenir au jeu d’ici à la fin de la semaine. Il se dit complètement rétabli de sa blessure au genou gauche.

Therrien a déjà dit qu’il réintégrera Emelin tranquillement après une aussi longue absence.

Le Tricolore aura maintenant sept défenseurs en santé au sein de sa formation. Tôt ou tard, Murray ou Francis Bouillon devrait se retrouver en danger.

«Je sais qu’un vétéran risque de sauter son tour, mais je ne pense pas à ça, a mentionné Murray. La seconde où je commencerai à penser à cette réalité, je perdrai ma concentration. Pour être honnête, en ce moment, je pense plus à prendre ma douche qu’à autre chose!»

► Le Canadien a renvoyé l’attaquant Gabrie­l Dumont et le défenseur Greg Pate­ryn aux Bulldogs de Hamilton.

 

Commentaires