/finance
Navigation
Québec

La Caisse investira plus dans les pays émergents

Rendement de 3,6% pour la Caisse de dépôt
© Archives

Coup d'oeil sur cet article

La Caisse de dépôt et placement du Québec investira jusqu'à 10% de son actif dans les pays émergents, faisant presque doubler la mise à 20 milliards$ d'ici la fin de 2014. Elle aura besoin d'un coup de main pour le faire.

L'intention de la Caisse a été exprimée par Roland Lescure, chef des placements, jeudi matin lors d'un colloque de l'Institut de la gouvernance des organisations publiques et privées (IGOPP).

Pour expliquer cet intérêt, M. Lescure a dit qu'il se méfie des consensus. Il croit que les investisseurs se trompent en pensant que la vague est terminée, notamment en Asie, où les placements sont peu coûteux.

«Dans les 25 années qui viennent, avec des pays émergents qui vont contribuer à environ 70% de la croissance économique mondiale, on va voir un véritable déplacement du centre de gravité. C'est une tendance lourde», a-t-il ajouté.

Le chef des placements a toutefois admis que la Caisse connaît peu cette partie du monde. Elle devra conclure des partenariats avec des entreprises «qui connaissent le pays dans lequel elles investissent aussi bien que nous connaissons le Québec et le Canada».

Roland Lescure dit aussi nager à contre-courant en voyant une renaissance aux États-Unis. Leurs marchés boursiers ont beaucoup monté grâce au soutien des banques centrales. Plus de volatilité est attendue, mais il n'y aurait pas de bulle.

La découverte de pétrole et de gaz donne un regain de vie aux voisins du Sud. La fabrication a le vent dans les voiles et le secteur automobile américain est redevenu exportateur.

«La révolution énergétique est une réalité, a dit M. Lescure. On estime à deux millions les emplois qui en découlent depuis cinq ans et à plus de trois millions le nombre d'emplois qui seront créés.»

«Nous souhaitons y être exposés en étant plus investis dans des entreprises canadiennes qui exportent, a-t-il expliqué. Je pense à Gildan, à Magna, au Canadien National et à quelques autres. Nous souhaitons également accroître notre présence en immobilier, notamment dans les bureaux dans quelques grandes villes.»

La Caisse a aussi les projets américains d'infrastructures dans sa mire.

M. Lescure est moins optimiste sur les perspectives de l'Europe, qu'il ne croit pas sortie du bourbier. La zone euro a encore des pays insolvables, des banques en manque de capital, une devise trop forte et un chômage élevé. Celui-ci dépasse 50% chez les jeunes en Espagne.

La page tournée sur les PCAA

M. Lescure n'a pas esquivé les questions concernant la crise du papier commercial adossé à des actifs (PCAA). Il n'est plus question de miser des milliards de dollars sur des placements exotiques. «Nous n'investissons dans les produits que nous ne maîtrisons pas. C'est terminé», a-t-il précisé.

«Les dérivés ne sont pas morts, a-t-il ajouté. Certains dérivés simples sont utiles, notamment pour se couvrir contre les risques extrêmes.»

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.