/news/currentevents
Navigation
Le négociateur

Le négociateur livre dix secrets : 10-4

Le négociateur livre dix secrets : 10-4

Coup d'oeil sur cet article

Claude Poirier qui a couvert les événements les plus marquants de l’histoire criminelle du Québec révèle maintenant plus d’un demi-siècle de secrets qu’il n’a jamais racontés avant.

Claude Poirier qui a couvert les événements les plus marquants de l’histoire criminelle du Québec révèle maintenant plus d’un demi-siècle de secrets qu’il n’a jamais racontés avant.

«Les gens me posent beaucoup de questions auxquelles je ne pouvais pas répondre, alors c’est un livre pour donner des explications parce que maintenant, je peux aller plus loin», affirme M. Poirier qui célèbrera bientôt ses 53 ans de carrière.

«Il révèle des détails dont il ne pouvait pas parler tant que les gens étaient vivants», précise Bernard Tétrault, l’ami et ancien collègue qui lui a prêté sa plume pour écrire le livre «10-4» à paraître mercredi.

LÉGENDE

Depuis ses débuts dans les années 1960, M. Poirier s’est hissé au rang de légende du journalisme judiciaire, une véritable passion pour lui.

«La différence entre Claude et les autres journalistes est que pendant 20 ans, il s’est promené avec une voiture lettrée, explique M. Tétrault. Quand quelqu’un n’était pas content d’un reportage, il venait cogner dans sa vitre pour l’engueuler. Il s’est fait plusieurs contacts comme ça.»

Pour M. Poirier, la clé du succès a d’ailleurs été sa relation privilégiée avec les gens du public. «Mes meilleurs scoops sont venus d’eux. Les policiers nous donnent souvent de mauvaises informations et les relationnistes nous mettent des bâtons dans les roues», explique-t-il.

TESTAMENT

«Je ne me fais pas d’illusions, il n’y aura probablement pas de quatrième livre. C’est pourquoi j’espère que celui-ci fournira des réponses», souhaite l’auteur qui pousse les confidences plus loin que dans ses deux livres précédents.

FRÔLER LA MORT

Le projet d’écriture a commencé à prendre forme il y a un an exactement. M. Poirier s’était retiré des ondes pendant environ deux mois prétextant avoir arrêté de fumer. En réalité, il révèle dans son livre avoir frôlé la mort après s’être accidentellement intoxiqué à l’aspirine.

«Claude est un gars passionné de chronique policière. Il ne fait que ça et ne parle que de ça, alors il ne s’est jamais occupé de sa santé. Il avait des maux de tête et de dos alors, il prenait beaucoup de médicaments», raconte M. Tétrault.

Le livre a donc été rédigé par le biais d’entrevues téléphoniques.

«Il me parlait d’éléments sur un sujet, je l’écoutais et je prenais des notes. Ensuite, je faisais de la recherche pour retrouver les bonnes dates et j’écrivais l’histoire comme un article. Claude a une vraie mémoire d’éléphant», estime M. Tétrault.

Une technique souvent utilisée par M. Poirier qui se dit «plus à l’aise à l’oral qu’à l’écrit».

«Claude n’a jamais écrit, précise M. Tétrault. Même à l’époque du Montréal-Matin et du Allô Police, ce sont des journalistes qui rédigeaient ses textes pour lui.»

 

Commentaires