/opinion/columnists
Navigation

Un effet sur les enfants

Un effet sur les enfants
Veut-on apprendre à nos enfants que les femmes doivent se comporter différemment des hommes ?

Coup d'oeil sur cet article

Beaucoup de gens affirment qu’on devrait permettre le port du voile dans les CPE. Après tout, qu’est-ce que ça peut faire aux enfants ?

Beaucoup de gens affirment qu’on devrait permettre le port du voile dans les CPE. Après tout, qu’est-ce que ça peut faire aux enfants ?

L’important est que les éducatrices qui s’occupent des enfants soient attentionnées, non? Le fait qu’elles soient voilées ou non est un détail, disent les défenseurs des libertés individuelles...

DES CONSÉQUENCES CONCRÈTES

Eh bien, ce n’est pas ce que pense Caroline Eliacheff.

Fille de la grande journaliste Françoise Giroud, cette psychanalyste et pédopsychiatre renommée juge au contraire que le port du voile dans les garderies peut causer un réel problème.

Interviewée par le magazine Elle, Caroline Eliacheff (qui vient de publier un essai sur la célèbre affaire «Baby Loup», une crèche qui s’est retrouvée dans la tourmente après que sa directrice eut décidé de congédier une éducatrice qui s’est mise à porter le voile) a expliqué son point de vue.

«Le problème n’est pas celui du voile en soi – ou de la neutralité religieuse en soi, dit-elle. Le voile, comme la neutralité, entraîne une série de conséquences dans le projet éducatif.

«Une salariée voilée ne se contente pas de porter le voile: elle pourrait aussi appliquer aux enfants ce qu’elle estime être les règles de sa religion. Cela a des répercussions sur la mixité, la nourriture, l’éducation sexuée...

«L’exigence de neutralité, de son côté, est associée à l’égalité entre garçons et filles, à la lutte contre les stéréotypes sexués dans les activités qui leur sont proposées.

«La neutralité implique des repas communs et non une séparation entre les enfants musulmans et les autres comme certains parents le demandent. Elle implique des activités mixtes: jouer ensemble à la dînette, jouer ensemble dehors, aller ensem­ble à la piscine...

«Ce sont des conséquences très concrètes sur leur quotidien.»

LE DROIT DE CRITIQUER

Pour cette pédopsychiatre, pas de doute: «La neutralité devrait être la règle dans les lieux d’accueil de la peti­te enfance.»

Quand les enfants voient une éducatrice voilée, dit-elle, «ils perçoivent qu’il y a une différence entre les hommes et les femmes, que les femmes doivent se comporter différemment en présence des hommes».

«Vous n’avez pas peur de passer pour une islamophobe en tenant ces propos?», lui demande la journaliste.

«Sous le mot islamophobie, on mélange la critique de l’islamisme radical et le racisme antimusulman, répond-elle. Je suis un peu phobique dans la vie, mais je n’ai pas peur de l’islam!

«En revanche, je critique l’extrémisme religieux, qu’il soit musulman, juif ou catholique. La capacité de nuisance des discours fondamentalistes me fait peur.

«Cela dit, je défends aussi les musulmans qui respectent les valeurs de la République...»

LE PQ « CONGÉDIE » DES FEMMES ?

Vendredi, lors de son point de presse, Philippe Couillard a déclaré que le gouvernement péquiste «va congédier les fonctionnaires qui refusent d’enlever leur voile».

Mais n’est-ce pas ces femmes qui vont se «congédier» elles-mêmes en refusant de respecter la neutralité de l’État?

Si tu préfères perdre ton emploi plutôt qu’enlever un signe religieux ostentatoire pendant tes heures de travail, c’est peut-être parce que la reli­gion prend trop de place dans ta vie, non?

Commentaires