/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien

Travail, constance, confiance

Les trois clés de Carey Price

SPO-HOCKEY-CANADIEN-RANGERS
BEN PELOSSE/ LE JOURNAL DE MONTRÉAL / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Michel Therrien a eu beau donner congé à ses joueurs au lendemain de la convaincante victoire contre le Wild, Carey Price et Peter Budaj ont tout de même sauté sur la glace.

En compagnie de Stéphane Waite, les deux gardiens ont pu peaufiner certains aspects de leur jeu.

Technique qu’ils ont pu travailler en recevant les tirs de Michaël Bournival, Douglas Murray, Georges Parros, Ryan White, Travis Moen, seuls coéquipiers à avoir également revêtu leur uniforme.

Avec seulement six buts accordés au cours de ses quatre dernières sorties, il aurait été normal de voir l’homme masqué de la Colombie-Britannique prendre une journée de repos. D’autant plus que les joueurs du Tricolore étaient attendus au Centre Bell pour la collecte de sang annuelle du Canadien.

Pourtant, il était fidèle au poste.

«On travaille fort, avec Stéphane (Waite). Chaque jour on s’attarde à de petits détails. Ça paie», a souligné Price.

«Il est incroyable. Il apporte une attitude positive et l’expérience d’un gagnant, a-t-il ajouté à propos de l’entraîneur des gardiens. C’est également un bon gars avec qui discuter.»

GRÂCE AU SYSTÈME

En 18 sorties cette saison, Price présente une moyenne de buts alloués de 2,05 et un taux d’efficacité de ,935. Deux statistiques qui le placent dans le Top 10 des cerbères du circuit Bettman.

Des chiffres attribuables à la constance démontrée par l’athlète de 26 ans depuis le début de la saison.

Selon le principal intéressé, cette constance, qui lui faisait tant défaut lors des saisons antérieures, n’est pas attribuable qu’au boulot qu’il fait en compagnie de Waite.

«Ça repose en grande partie sur le fait que tout le monde a accepté d’acheter le système de jeu défensif que l’on utilise depuis le début de la saison. C’est payant pour mes statistiques et pour celles de Peter (Budaj)», a lancé Price, manifestement plus satisfait de la stratégie que son ami Max Pacioretty.

DE LA COMPÉTITION À PITTSBURGH

Cette constance pourrait lui permettre de dénicher le poste de gardien de but numéro un de l’équipe olympique canadien, que la direction voit déjà dans sa soupe.

D’ailleurs, parmi les cinq gardiens invités au camp d’orientation d’Équipe Canada, Price présente les meilleures statistiques (moyenne de buts alloués et taux d’efficacité).

«(Sotchi) fait partie de mes objectifs à long terme. Ça se bâtit match après match. Équipe Canada veut un gardien fiable, capable de livrer de solides performances tous les soirs. C’est déjà ce que je tente de faire ici», a souligné Price.

Plus que celle de Roberto Luongo, Mike Smith, Braden Holtby et Corey Crawford, qui étaient également présents à Calgary, la plus farouche opposition du porte-couleurs du Canadien pourrait provenir de Marc-André Fleury.

Ignoré de ce camp en raison d’une fin de saison et de séries désastreuses, le Québécois est de retour sur la bonne voie.

En 18 départs également, il compte 12 gains en plus de présenter une moyenne de buts alloués de 2,00 et un taux d’efficacité de ,921.

«Je ne suis pas du tout surpris. L’éthique de travail de Marc-André est impeccable, a indiqué Price, qui dit l’avoir côtoyé durant le lock-out. Le succès d’un gardien repose entièrement sur sa confiance. Du moment qu’on la retrouve, les succès reviennent. Surtout chez un gardien talentueux comme lui.»

Les deux hommes auront la chance d’en découdre samedi, alors que les Penguins seront en ville dans le cadre de leur seule visite de la saison.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.