/news/currentevents
Navigation
meurtre | Montréal

Père de famille tué dans son taxi

Abattu dans les rues de Montréal après avoir fui avec les siens les violences de l’Algérie

FD-AGRESSION-TAXI
Photo agence qmi, erik peters Le sang du chauffeur victime d’une agression mortelle recouvre les vitres et le coussin gonflable du taxi qui a terminé sa course dans un VUS stationné sur la rue Darlington, près du chemin de la Côte-Sainte-Catherine, hier matin.

Coup d'oeil sur cet article

Le chauffeur de taxi tué hier matin avait quitté son Algérie natale il y a 12 ans pour éloigner sa famille de la violence.

Ziad Bouzid a été retrouvé mort au ­volant de son taxi dans Côte-des-Neiges. Le crime a choqué les autres chauffeurs de Taxi Diamond, qui ont organisé une ­collecte de fonds pour payer les ­obsèques et aider sa veuve et ses trois enfants. La ­famille qui se retrouve sans revenu n’avait pas d’assurance.

«Mon père travaillait plus de 14 heures pour nous offrir une meilleure éducation, explique sa fille en pleurant. Il était très généreux avec ses proches, c’est vraiment injuste.»

Pendant que la police recherchait toujours des indices pour trouver le tueur, une foule d’amis s’était réunie pour soutenir la famille de la victime dans son appartement, à Pierrefonds.

Ingénieur dans son pays, l’homme de 45 ans avait dû se tourner vers le taxi pour nourrir sa famille puisque ses compétences n’ont pas été reconnues au Québec.

«C’est un bon gars, assure son ami ­Monder Tebouri. C’est quelqu’un de très correct. C’est quelqu’un de religieux, en plus.»

Attaque sournoise

Le drame s’est produit alors qu’il ne restait que deux heures au quart de travail de M. Bouzil, qui cumulait une dizaine d’années d’expérience comme chauffeur. Peu avant minuit, il a reçu l’appel d’un employé du Tim Hortons de la Côte-de-Liesse qui demandait un taxi pour un client.

Après avoir pris son passager à ­­­Dorval, le taxi a filé en ligne droite sans jamais s’arrêter, selon les données du GPS de la compagnie, explique Denis Laramée de Taxi Diamond. Une demi-heure plus tard, le véhicule a terminé sa course en percutant un VUS stationné en bordure de la rue Darlington, près du chemin de la Côte-Sainte-Catherine. ­Des ambulanciers qui sortaient de l’Hôpital Sainte-Justine sont rapidement intervenus. Ils ont d’abord vu que les coussins gonflables étaient couverts de sang.

«L’homme avait des blessures [à la tête] plus graves que celles qui auraient pu avoir été causées par l’accident», selon l’agent Raphaël Bergeron du SPVM. La victime inconsciente a rapidement été conduite à l’hôpital, où son décès a été constaté.

Seul ou non

Le SPVM n’a toutefois pas été en mesure de confirmer si le conducteur se trouvait seul à bord de son taxi et si les blessures ont été causées par une arme à feu.

Des témoins racontent toutefois avoir aperçu un trou ressemblant à l’impact d’une balle dans le parebrise du taxi.

«Ça a dû se passer très rapidement, car il n’a même pas eu le temps de peser sur bouton d’urgence qui se trouve dans son taxi», raconte M. Laramée.

Un large périmètre de sécurité a été érigé et plusieurs enquêteurs et des maîtres-chiens ont été dépêchés sur place.

Hier, l’arme du crime n’avait toujours pas été retrouvée et les motifs demeuraient inconnus.

Il s’agit du deuxième homicide à survenir en deux jours à Montréal et du 28e homicide de l’année.


Taxi Diamond doublera le montant des dons remis à la famille Bouzil. Pour faire un don, contacter le 514 273-1725.

 

Commentaires