/finance/stockx
Navigation
Finance

Claude Roy continue d’investir dans Mediagrif

Claure Roy Mediagrif
Photo Archives / Agence QMI Claude Roy.

Coup d'oeil sur cet article

Claude Roy, PDG de Technologies interactives Mediagrif, a investi plus d’un demi-million de dollars, depuis le début de l’année, dans l’entreprise qu’il dirige. Sa plus récente transaction date de la mi-novembre.

Il a conclu un premier marché le 15 novembre par l’entremise des Services de Gestion Claude Roy Inc, mettant la main sur un bloc de 10 000 actions. Il a déboursé 18,70 $ l’unité, portant le solde de ce compte à 2,72 millions d’actions de MediaGrif.

Le même jour, M. Roy a acquis 3700 unités à 18,75 $ chacune, portant le solde de ce compte séparé à 623 316 actions.

En une journée, le PDG a investi 256 375 $ dans le spécialiste du commerce électronique.

Ce n’est pas tout. Au printemps et à l’été, il a déboursé 304 042 $ pour 13 600 actions à des prix variant de 19,20 $ à 20,19 $.

Claude Roy a donc misé plus de 560 000 $ sur Mediagrif en moins d’un an. Après ces acquisitions, sa participation dans l’entreprise s’élève à 21,14 % selon les données relevées par l’agence Bloomberg.

Très rentable

Mediagrif est très rentable et sa valeur s’est multipliée par presque 10 depuis cinq ans à la Bourse de Toronto. L’action, qui était cotée à seulement 1,94 $ le 4 décembre 2008, s’échangeait à 19,31 $ vendredi après-midi. Elle a atteint un sommet à 20,69 $ le 31 mai 2013.

L’entreprise est en croissance, notamment grâce aux acquisitions, depuis un moment.

Au printemps, elle a mis la main pour 65 millions $ sur les publications Jobboom et Réseau Contact, des publications qui portent respectivement sur la recherche de travail et de liaisons. En 2011, elle s’offrait le site de petites annonces LesPac.com, vendu par le Groupe Pages Jaunes.

L’achat de Jobboom a toutefois plombé les résultats à court terme de Mediagrif. Les profits du premier semestre ont reculé de 19 % à 5,7 millions $. Le chiffre d’affaires a augmenté de 3 % à 31,7 millions $.

Plus tôt pendant le mois, le courtier Valeurs mobilières Desjardins a recommandé l’achat du titre, tout en lui accolant l’étiquette d’investissement spéculatif.

Achats chez Rona

Par ailleurs, la direction de Rona a elle aussi fait des achats.

Alain Brisebois, chef de la commercialisation, a mis la main sur 30 000 actions lors d’une série de transactions le 15 novembre. En payant de 11,86 $ à 12,09 $ l’unité, il a déboursé 359 471 $.

Pour sa part, le PDG Robert Sawyer a acheté un bloc de 25 000 actions la journée précédente. Il a payé 11,85 $ l’unité, pour un total de 296 250 $.

 

Commentaires