/finance
Navigation
Dans vos poches

Recevoir avec amour & simplicité

Microvector
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Oui, il est vrai que recevoir ses amis ou sa famille coûte cher, mais il ne faut surtout pas se priver de les voir pour ça. J’ai donc décidé, cette année, de remédier à la situation et de préparer des pot-luck ou repas partage.

Oui, il est vrai que recevoir ses amis ou sa famille coûte cher, mais il ne faut surtout pas se priver de les voir pour ça. J’ai donc décidé, cette année, de remédier à la situation et de préparer des pot-luck ou repas partage.

Ainsi, on pourra plus souvent se retrouver tous autour de la table à discuter et à manger, sans se ruiner. L’idée ne date pas d’hier, il suffit seulement de la mettre en pratique.

Qui a encore les moyens et le temps de préparer un potage, un met principal, un dessert, d’acheter des fromages, de faire une salade et de passer à la SAQ y laisser une grosse partie de votre paye? Si vous pouvez le faire tant mieux! Mais pour moi, c’est terminé.

LES REPAS À THÈME

Ce que j’adore créer, ce sont des repas pot-luck thématiques. Mon préféré: le repas pizza. Je fournis les pâtes à pizza pour tous et les invités apportent les ingrédients pour les garnir. C’est plaisant, tout le monde met la main à la pâte dans la bonne humeur et l’on goûte des créations originales qui ne coûtent pas les yeux de la tête.

Mon autre pot-luck préféré: le repas pasta. Les invités apportent leur sauce (tout le monde à une recette familiale différente), j’offre un choix de pâtes différentes, on goûte et on vote. L’invité gagnant repart avec une bouteille de vin. Simple, amusant et sans prétention.

ÉCONOME NE RIME PAS AVEC RADIN

Être radin, c’est être avare. Je ne veux absolument pas à en venir là. J’ai en tête des parents qui avaient collé une règle derrière le distributeur de papier hygiénique. Les enfants n’avaient droit qu’à 10 pouces de longueur de papier. J’avais 13 ans et j’étais scandalisée.

Si je vous raconte ceci, c’est pour vous parler de ma nouvelle astuce écono et non radine de la semaine.

Parlons du pain tranché. Combien de tranches jetez-vous par semaine parce qu’il n’est plus frais? Depuis quelque temps, je fabrique des croûtons avec les tranches rassies. Four à 350 degrés, coupez les morceaux de pain à la grosseur désirée. Badigeonnez une plaque à cuisson d’un peu d’huile d’olive ou de beurre fondu et enrobez le pain. Cuire une quinzaine de minutes jusqu’à ce que doré. Et quand je veux me faire plaisir, je râpe légèrement un peu de fromage italien à la sortie du four. On laisse refroidir puis on les dépose dans un sac hermétique. Ensuite au frigo ou au congélateur. Pensez aussi au pouding au pain, à faire de la chapelure, du pain perdu, ce n’est pas les idées qui manquent. Gaspillage évité et heureuse est la nouvelle retraitée.


Que faites-vous pour éviter le gaspillage, j’aimerais le savoir.

 

Commentaires