/news/currentevents
Navigation
Enquête | Babikian

Une mère monoparentale se souviendra longtemps de Babikian

Une Américaine qui a perdu 100 000 $ à la Bourse éclaire le stratagème utilisé par le mystérieux milliardaire

Une mère monoparentale se souviendra longtemps de Babikian
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’histoire pathétique d’une mère de famille monoparentale de la région de Chicago flouée à la Bourse pourrait en partie expliquer comment John Babikian, ce mystérieux multimillionnaire de 26 ans, a accumulé la fortune qui intéresse tant le fisc québécois.

Amy Revord, une Américaine de 57ans, a contacté notre Bureau d’enquête à la suite de la publication de nos articles sur la fortune faramineuse du jeune Montréalais.

Une richesse en apparence, du moins, car Revenu Québec réclame à Babikian la somme de 4,6 millions $ pour des revenus cachés de 11,7 millions $ entre 2008 et 2010. L’AMF enquête aussi sur lui.

Des voitures de luxe, dont une Bugatti Veyron, la voiture la plus rapide et la plus chère du monde, font l’objet d’une saisie du fisc.

Comment Babikian a pu amasser tout cet argent reste un mystère. MmeRevord raconte pour sa part avoir utilisé en mars 2012 un site de promotions boursières hébergé dans le passé dans les serveurs d’une entreprise de Babikian à Montréal, Awesome Penny Stocks.

«Je ne sais pas qui leur a donné mon adresse, mais je recevais régulièrement des annonces vantant certaines compagnies émanant de ce site», dit-elle.

« Ils disaient que... »

En mars 2012, elle reçoit des courriels l’avisant d’un possible développement majeur sur une entreprise de distribution de médicaments spécialisés.

La compagnie en question, Sunpeaks Ventures, dit être sur le point de commercialiser un produit multivitaminé qui peut être utilisé par des gens prenant des anticoagulants.

Mme Revord confie avoir voulu acheter pour environ 35 000 $US d’actions parce qu’elle était enthousiasmée par le produit, appelé le Clotamin.

«Ils disaient qu’ils étaient sur le point de signer une entente avec Walgreen (une chaîne de pharmacie aux États-Unis)», a-t-elle dit.

En moins d’une journée, la dame a vu la valeur de son placement littéralement s’effondrer, selon des documents consultés.

Le 18 avril, après son achat, l’action de Sunpeaks dégringole de 58,5% en une seule journée.

Quand elle vend ses actions, le lendemain, les pertes pour elle s’élèvent à plus de 100 000 $US. Elle a emprunté sur marge pour investir et elle a été obligée de vendre d’autres actions pour couvrir ses pertes.

Pas de réelles activités

En octobre, la valeur de Sunpeaks Ventures est descendue à presque zéro.

Sunpeaks Ventures, selon ce qui ressort d’analyses, n’a pas de réelle activité. Ses revenus sont d’à peine 3562 $US, et le siège social de la compagnie est situé dans un garage. En d’autres mots, c’est du vent.

Amy Revord, qui gagne un salaire d’environ 60 000 $ par année dans une entreprise de fournitures de bureau, dit être au désespoir. «Je vis au jour le jour. 100000 $, ce sont toutes mes économies pour la retraite. Je ne sais pas comment je vais m’en sortir», a-t-elle dit.

Commentaires