/news/health
Navigation
Hôpital du Suroît

Un scanner huit fois plus performant

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau tomodensitomètre (scanner) acquis au coût de 1,2 M$ permet aux radiologistes de l’Hôpital du Suroît d’obtenir plus rapidement des images beaucoup plus précises.

Un nouveau tomodensitomètre (scanner) acquis au coût de 1,2 M$ permet aux radiologistes de l’Hôpital du Suroît d’obtenir plus rapidement des images beaucoup plus précises.

Le nouvel appareil en opération depuis le début de novembre a été dévoilé aux médias mardi, au terme de travaux de réaménagement entrepris le 2 septembre.

Selon le chef de département de radiologie, le Dr Gabriel Szabo, le scanner procure des images plus précises car il peut obtenir 68 images par rotation, au lieu de huit. «Le nouveau scan réduit le temps de l’examen pour les patients», dit-il, en ajoutant que l’appareil réduira aussi la dose de radiation et les effets secondaires.

Le tomodensitomètre pourra par ailleurs être utilisé chez certains patients nécessitant une colonoscopie virtuelle, en leur évitant ainsi les désagréments de l’examen habituel.

Les images que nous a montrées le Dr Szabo, transmises par logiciel informatique, ont donné un aperçu étonnamment clair et net des organes visés.

Département névralgique

L’Hôpital du Suroît compte parmi la douzaine d’établissements qui ont pu ainsi rehausser leur équipement au cours des dernières années.

L’appareil acquis en grande partie grâce aux donateurs de la Fondation de l’hôpital, contribuera à améliorer la qualité des quelque 12 000 scan effectués annuellement, sur les 45 000 examens menés par le département d’imagerie médicale, indique la coordonnatrice, Isabelle Legault.

Celle-ci a fait savoir que les travaux d’aménagement étalés sur neuf semaines ont pu être réalisés tout en maintenant l’offre de service, en ayant recours à un scanner mobile, installé près de l’entrée principale de l’établissement.

«Lorsqu’on a eu à faire à des examens plus complexes, ceux-ci ont été confiés à l’hôpital d’Ormstown durant cette période.»

Le département d’imagerie médicale compte maintenant six radiologistes, dont trois à temps plein, de même que 30 technologues. Ceux-ci disposent d’une panoplie d’appareils pour les examens de résonance magnétique, échographies, mammographies et angiographies, entre autres.

 

Commentaires