/misc
Navigation

Aaron Levie, PDG de Box : La vie dans les start-ups, c'est comme être passager en permanence dans les montagnes russes

Coup d'oeil sur cet article

800px-Aaron_Levie,_Co-founder_and_CEO,_Box

Photo : Wikipedia

À la suite de la courte présentation de Dick Costolo hier soir, les organisateurs de l'événement FounderProject ont proposé une discussion avec Aaron Levie, le jeune fondateur prodige de la start-up californienne Box. La firme, fondée en 2005, est actuellement valorisée entre 1 milliard et 2 milliards de dollars. Cette conversation entre le sympathique Levie et Ilan Saks de FounderProject nous réservait une véritable mine de renseignements sur le « métier » d'entrepreneur du Web.

Ilan Saks : Quelle a été votre motivation principale derrière le saut vers l'entrepreneuriat?

Aaron Levie : L'ennui! Mais rapidement, je me suis passionné par la découverte de nouvelles opportunités d'affaires, des lacunes chez des joueurs existants, de nouvelles façons de résoudre des problèmes.

IS : Comment s'est déroulée votre première expérience de recherche de capital-risque?

AL : Très mal! J'avais 19 ans et mon cofondateur avait l'air d'en avoir 11. Les investisseurs pensaient que nous irions dépenser l'argent à Disneyland! Tout le monde a dit non. Nous étions jeunes. Finalement, un investisseur bien connu, Mark Cuban, nous a dit oui.

IS : Avez-vous déjà vécu des journées où vous vouliez tout abandonner?

AL : C'est chaque jour pour moi! La vie dans les start-ups, c'est comme être passager en permanence dans les montagnes russes. Chaque jour, il y a de bonnes et de mauvaises nouvelles. La concurrence bouge, un client mécontent, un feu à éteindre (pas un vrai, on espère!).

IS : Avez-vous des conseils pour les jeunes entrepreneurs?

AL : J'ai trois conseils pour eux.

Premièrement, assurez-vous de travailler sur un projet qui vous passionne. Ça fait 9 ans que nous travaillons sur Box! Ça prend énormément d'énergie mentale et physique. C'est un marathon!

Deuxièmement, œuvrez sur quelque chose qui n'était pas possible il y a 2 ou 3 ans. Sinon, vous n'arriverez pas à obtenir une assez grande vélocité de croissance sur votre projet. L'effet de levier de la vague ne vous emportera pas assez loin.

Finalement, entourez-vous de gens de grand talent, des gens avec qui vous avez envie de travailler chaque jour. Créez cette culture organisationnelle dont vous souhaitez faire partie.

IS : Dernière question, si vous n'aviez qu'une seule phrase à dire aux jeunes entrepreneurs dans la salle, quelle serait-elle?

AL : Ne me concurrencez pas!

IS : Merci Aaron Levie!