/news/transports
Navigation
Pont | Beauharnois

Hommage à Madeleine Parent

madeleine-parent
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

BEAUHARNOIS - Le pont de l'autoroute 30 au-dessus du canal de Beauharnois dans la ville du même nom porte désormais le nom de Madeleine Parent, cette femme qui a marqué l'histoire du Québec en luttant pour l'amélioration des conditions de travail des ouvriers du textile dans les années 40.

La Commission de toponymie du Québec a officialisé, jeudi, la désignation. «Femme d'action et de convictions, Madeleine Parent a milité plus de 60 ans pour la justice sociale et récolté huit doctorats honorifiques d'universités canadiennes. La désignation commémorative Pont Madeleine-Parent, proposée par des citoyens de la région du Suroît, a reçu de nombreux appuis, en plus de faire l'objet d'une pétition à l'Assemblée nationale du Québec. Soulignons que l'Intersyndicale des femmes, organisme qui regroupe plus de 450 000 membres, a également soutenu le projet», a indiqué dans un communiqué la Commission.

L'organisme rappelle que «peu d'infrastructures majeures portent des appellations féminines. De fait, seul le pont Victoria, à Montréal, honorait jusqu'à maintenant la mémoire d'une femme».

Parmi les citoyens de la région qui ont lancé une pétition en avril dernier pour que le nom de Madeleine Parent soit donné à la nouvelle infrastructure, Marie-Claudel Vincent a réagi  : «Nous sommes très heureux de la décision! C’est super de voir que des citoyens peuvent se mobiliser et réaliser ce genre de projet. De plus, ça a créé un bel engouement et on a reçu des appuis de la part de groupes communautaires, de centres de femmes, de plusieurs syndicats, de Québec Solidaire ainsi que plusieurs centaines de personnes qui ont signé la pétition!»

Au moment de lancer la pétition en compagnie de Françoise David, de Québec Solidaire, le printemps dernier, Mme Vincent disait : «L'idée nous est venue en pensant aux femmes qui ont marqué l'histoire du Québec et qui n'ont pas toujours été reconnues. On a pensé à nos mères, à nos grands-mères».
La syndicalisation des employés des usines de la Dominion Textile - Montreal Cotton à Salaberry-de-Valleyfield et à Montréal constitue l'un des principaux faits d'armes de Mme Parent, décédée en mars 2012 à 93 ans.

Arrachée après 100 jours de grève, en 1946, la syndicalisation s'était faite sous le régime du premier ministre de l'époque, Maurice Duplessis, farouchement antisyndical.
 

Commentaires