/entertainment/music
Navigation
Musique

Isabelle Boulay reprendra Serge Reggiani

Pour son nouvel album, l’interprète s’attaque à l’œuvre du grand artiste français disparu en 2004

Isabelle Boulay reprendra Reggiani
Photo courtoisie, Carl Lessard Isabelle Boulay et Serge Reggiani ont déjà chanté ensemble au Palais des congrès de Paris, environ un an avant le décès de l’artiste français.

Coup d'oeil sur cet article

Isabelle Boulay n’a jamais caché son admiration pour Serge Reggiani. Le Journal a appris que l’interprète reprendra les chansons du grand disparu sur son prochain album, à paraître l’an prochain.

Isabelle Boulay n’a jamais caché son admiration pour Serge Reggiani. Le Journal a appris que l’interprète reprendra les chansons du grand disparu sur son prochain album, à paraître l’an prochain.

Depuis plusieurs années, l’œuvre de Serge Reggiani habite Isabelle Boulay. En concert, elle avait déjà interprété des chansons du brillant acteur et chanteur français, Ma fille et Le petit garçon. Ensemble, les deux interprètes avaient aussi eu l’occasion de partager la scène, au Palais des congrès de Paris.

«C’était peut-être un an avant son décès, se souvient-elle. C’était un privilège immense. Je m’en souviens encore très bien. On avait répété et répété. C’était une vraie grande rencontre.»

Philippe B à la réalisation

Au printemps dernier, Isabelle a eu l’idée de faire un album en entier sur Reggiani. «C’était presque une commande de l’intérieur, dit-elle. C’était plus fort que moi. Je devais le faire.»

Pour l’aider dans ce joli défi, elle a fait appel à Philippe B (Les sœurs Boulay, Salomé Leclerc), qui réalise l’album. «C’est quelqu’un dont j’aime beaucoup la délicatesse, sa façon d’aborder les choses. On est pas mal avancé dans le projet.»

Déjà, une quinzaine de chansons ont été enregistrées. «Il faut encore fignoler des choses, dit Isabelle. On veut vraiment prendre le temps de bien le faire. Je ne me mets pas trop de pression.»

Sur le disque, Isabelle reprendra des morceaux très connus de l’artiste, mais aussi quelques-uns plus obscurs. «J’avais envie de faire les chansons avec lesquelles je me sens une proximité, une crédibilité. Il y aura Ma solitude, Si tu me payes un verre, Les mensonges d’un père à son fils, Il suffirait de presque rien...»

Trop méconnu au Québec

Très occupée par les enregistrements de La Voix, de même que par la tournée Hommage à Brel, en janvier, Isabelle ne prévoit pas lancer ce nouvel album avant la fin du printemps, ou peut-être même l’automne.

Quel titre portera-t-il? «Ce n’est pas encore décidé, mais ça risque d’être assez simple. J’ai toujours des idées de titres farfelues. Comme là, j’aurais aimé Isabelle Boulay chante l’Italien, mais ma maison de disque (Audiogram) m’a dit que ça ne parlerait probablement pas assez aux gens. Ça va sûrement finir par être Isabelle Boulay chante Serge Reggiani.»

En plus d’admirer l’œuvre de Reggiani, Isabelle Boulay trouve également que l’artiste est un peu trop méconnu au Québec. «En tant qu’interprète, je trouve que ça fait partie de mon devoir et de mon désir de faire connaître à un public plus jeune ces chansons-là, pour qu’elles ne tombent pas dans l’oubli. Ce sont vraiment des trésors.»

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.