/opinion/blogs/columnists
Navigation

@#$%?&*(&?%$# mal à mon français

Coup d'oeil sur cet article

J'appelle le Marriott de l'aéroport Trudeau. On me transfère au bureau des réservations.

"Nous avons un paquet* spécial. Ça dépend de combien de nuits que tu veux pour.

Tu veux faire une réservation ?

Est-ce qu'il y a autre chose  que je peux t'aider avec ?"

( * comme dans "special package")

Je comprends que la préposée aux réservations était sûrement quelque part au Nouveau-Brusnwick. Mais pourquoi suis-je obligée de me payer un franglais boiteux, une langue purement "canadian", ni française, ni anglaise ?

C'est comme cette pub aperçue sur un site d'info:

bby_monsterntunecandy_300x250_fr_v1

 

Un style "ncredible". Les Fêtes moins le stress ? C'est quoi ce charabia ?

 

Vos oreilles ne bourdonnent pas quand vous entendez à la radio la pub pour La Cordée : « Je regarde pour un manteau » ? ("Looking for", un calque de l’anglais, au lieu de : « je cherche un manteau »)

J'ai écrit aux relations avec les médias de Bell, pour me plaindre de leur fameuse publicité dans laquelle une femme dit à une autre, devant un garage rempli d’hommes regardant le hockey , "ça ne leur dérange pas". Comme Benoît Melançon, amoureux du français, l'a écrit le 21 octobre, sur son blogue L’oreille tendue,  sous le titre Le mépris de Bell :

La faute est grossière : déranger est un verbe transitif direct («Ça les dérange pas [...] ?»).
Trois semaines plus tard, je n'ai toujours reçu aucune réponse de la responsable des médias. Magnifique service de relations publiques. Bravo les champions.

Évidemment, comme à chaque fois, en écrivant ce blogue, je vais me faire tomber sur la tomate par les jemenfoutistes, qui ne comprennent pas pourquoi on s'obstine à se battre encore pour la qualité de la langue française. Ou même pour la langue française tout court... Mais ce n'est pas grave. Tant qu'on se battra, qu'on se plaindra, qu'on sera vigilant, on n'abandonne pas la partie.

Et ça ne me "dérange" pas de me battre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

,

13 commentaire(s)

Luc Papineau dit :
10 décembre 2013 à 23 h 12 min

M. Durocher,

Sans vouloir écorcher le journal où vous travaillez, ce soir, sur la page d'accueil Internet de celui-ci, on peut lire: «CGI perd un contract du MTQ».

Je ne suis pas de ceux qui s'amusent à dénigrer la qualité du français du JdeM, mais cette page Internet nous offre parfois - et trop souvent - de pareilles erreurs.

Alain Mallette dit :
10 décembre 2013 à 23 h 29 min

Bravo!Et merci!

Luc Papineau dit :
10 décembre 2013 à 23 h 58 min

Et que lis-je maintenant à la une:

«Dorval et Mirabel - Les cols bleus menacent de grever».

Ouf! Ça doit être de la poésie.

grever, verbe transitif Sens Accabler avec de lourdes charges financières. Synonyme accabler Conjugaison voir la conjugaison du verbe grever

ReggB dit :
11 décembre 2013 à 6 h 10 min

Madame, je comprends votre immense déception en voyant l'utilisation que l'on fait d'un français bâtard, comme celui que vous décriez.

Pourtant, vous ne semblez pas vous scandaliser de l'emploi plus qu'erroné du masculin et du féminin, du singulier et du pluriel que font de plus en plus les Québécois (on mélange allègrement les genres et les nombres), de même que leur non-distinction du masculin et du féminin dans l'usage du mot " tout " et " tous ", prononcé le plus souvent au féminin : toute ! (Ex. : Toutes les gars. J'aime toute !) Et je ne parle pas du participe passé " fait ", prononcé régulièrement " faite ", sans distinction aucune entre le masculin et le féminin. Enfin, parce que j'en aurais trop à dire sur la question, inutile de comprendre la raison pour laquelle, au Québec, on n'accorde quasi jamais à l'oral le participe passé précédé d'un complément direct au féminin. L'école, je n'en doute aucunement, est responsable en partie de ce chaos qui devrait pourtant nous faire honte et réagir.

Et celles et ceux qui font ces emplois erronés sont à l'emploi de Radio-Canada (écoutez les jeunes journalistes, les oreilles vont vous dresser) autant qu'aux autres chaînes. Canal-Vie est le pis des pires avec ses animateurs et designers incapables, malgré leurs études, de distinguer entre " matériel, matériaux, matières, tissus, carreaux, etc. ", un lexique pourtant associé à leur métier. Et que dire de leur emploi débile de " ce qu'on a besoin " au lieu de " ce dont on a besoin " ? Une émission se gargarise même en disant avoir à son emploi les meilleurs designers du Québec : ce n'est certes pas vrai pour ce qui concerne leur langue parlée...

Je m'arrête parce que j'en aurais encore long à dire sur des erreurs de langue que vous ne relevez pas. Quand on ne se respecte pas soi-même sur le plan langagier, on ne peut demander aux " morrons " d'ailleurs d'être mieux que soi sur le même plan !

Yves dit :
11 décembre 2013 à 6 h 34 min

Est-ce qu'il y a juste le Marriot a Dorval ? Est-on obliger d'aller magasiner exclusivement chez Best Buy ou La Cordée ?

Le service a la clientèle de Bell est reconnu pour sa médiocrité légendaire, rien de nouveau ici.

Cela dit, acheter c'est voter, quand les gens iront ailleurs que dans les commerces cités plus haut, ou bien les dits commerces vont arriver avec un meilleur français pour s'afficher, ou bien ils vont disparaitre, si, bien sur, les Québécois sont assez fiers de leur langue pour aller magasiner ailleurs.

Martin Paquette dit :
11 décembre 2013 à 7 h 07 min

D'accord avec vous sauf pour une chose : Il ne faut pas confondre le mauvais français avec le soft-chiac. La préposée Néo-Brunswickoise ne vous parlait pas en français. Vous ne pouvez donc dire qu'elle le parlait mal. Je trouve leur langage tout-à -fait-charmant. Il faut juste garder en tête que parfois ces gens parlent français, parfois ils parlent français avec un fort accent et parfois ils parlent chiac ou quelque dialecte proche du chiac.

dit :
11 décembre 2013 à 7 h 39 min

Bravo madame Durocher.

La Clique du Plateau dit :
11 décembre 2013 à 7 h 47 min

C'est bien beau que vous critiquiez "Looking For" mais quand trouverez-vous un titre français pour Open TV? Merci de votre attention, si naturellement vous lisez mon commentaire. En passant j'aime bien "Open TV" que je regarde régulièrement. J'aime aussi beaucoup MATV dans son ensemble et beaucoup de jeunes animateurs(trices) plein de talent.

JF dit :
11 décembre 2013 à 8 h 24 min

Personnellement les centres d'appels au Nouveau-Brunswick je trouve que c'est un non sens. C'est la seule province officiellement Bilingue (ce qui a probablement attiré les entreprises) mais faut pas se leurrer, c'est du shiac le français parlé la plupart du temps par les employés des centres d'appels. Deux fois on m'a appelé pour un renouvellement d'abonnement et je n'ai absolument rien compris.

Lucie Daoust dit :
11 décembre 2013 à 8 h 35 min

Bravo pour vos commentaires et continuons le combat! J'ai entendu cette semaine M. Couillard répondre à Paul Arcand par un beau gros « bon matin ». Quelqu'un pourrait peut-être lui mentionner qu'en français, on dit « bonjour ». En même temps, on pourrait peut-être aviser nos députés que « ça fait pas de sens » n'est pas français! Bref, mes oreilles bourdonnent très souvent et de plus en plus!

anne sophie dit :
11 décembre 2013 à 10 h 24 min

@Yves dit:"Est-on obliger d’aller magasiner exclusivement chez Best Buy ou La Cordée ?". C'est Mme Durocher qui ne va pas etre contente!

Philippe Riondel dit :
11 décembre 2013 à 10 h 52 min

Et que dire de la publicité télévisée pour Pro-Émail, qui atteint le comble du ridicule : « C’est mon dentiste qui m’a expliqué qu’est-ce qu’y était l’usure par l’acide. » Non seulement ils le font dire à la pauvre fille, mais en plus ils l’écrivent en toutes lettres à l'écran! Je leur ai écrit pour signaler le problème, mais c'est resté lettre morte. Que voilà donc une entreprise qui prend sa communication au sérieux! J'ai du mal à comprendre comment on peut compromettre par une communication aussi peu professionnelle des millions de dollars dépensés en mise au point du produit, en commercialisation, etc. À moins que ce ne soit délibéré, pour se mettre au niveau du peuple, ce qui serait on ne peut plus méprisant. Je me rappelle aussi d'Acura qui se vantait de l'amélioration "dramatique" de la tenue de route de ses véhicules. Ça fait froid dans le dos. En fait, le nombre d'agences de communications qui n'ont pas le professionnalisme de s'entourer de linguistes compétents ne cesse de me surprendre. Ne parlons pas non plus d'Air Transat, qui se vante depuis un an d'être "la meilleure ligne aérienne vacances du monde", calquant sans aucune vergogne l'anglais "airlines". J'ai eu beau écrire dès le début au vice-président de la compagnie, qui m'a répondu en prendre bonne note, pour lui expliquer qu'Air Transat était une compagnie aérienne qui exploitait des lignes aériennes, mais n'était pas une ligne aérienne, l'entreprise à continuer à coller des affiches et à faire de la publicité dans les médias articulée autour de cet anglicisme avéré. Je sais qu'AT est de moins en moins québécoise, mais massacrer ainsi sciemment le français est indigne d'une telle entreprise.

pompier 52 dit :
11 décembre 2013 à 17 h 56 min

arretons d'etre commes nos malheureux cousins Francais qui eux dans leurs pays ( autres Paris qui son nombrilistre) ont dans leurs memes pays ( COMBIENS DE PATOIS) ici au canada,(QUEBEC) en particulier avons dans sertains secteeurs un idiome propre a nous alor soyons en fier et lessons ces supposement linguistiques ce chamailler entre eux P,S s'il y as des erreur grammathicale je m'en excuse Bye