/misc
Navigation

C’est le temps que ça parte!

Bloc Bilodeau

Coup d'oeil sur cet article

Enfin, c’est le temps que ça commence! La première course de ma dernière saison en carrière est arrivée.

Enfin, c’est le temps que ça commence! La première course de ma dernière saison en carrière est arrivée.

Nous voilà à la station de Ruka, dans le nord de la Finlande, et il y a longtemps que j’ai hâte à cette date du samedi 14 décembre.

Notre dernière compétition remonte à presque neuf mois et j’ai senti l’attente encore plus longue dans les dernières semaines. En prévision de ma dernière année sur le circuit de la Coupe du monde, je me suis entraîné très fort durant l’été et j’ai la nette impression que je suis un meilleur skieur que je ne l’étais à la fin de la saison dernière.

À l’origine, il devait y avoir une première épreuve aujourd’hui, mais elle a finalement été rayée du calendrier, ce qui fait que nous aurons une seule course avant les Fêtes. Je vais donc m’assurer que ce seul rendez-vous en soit un de qualité.

Nous sommes arrivés ici il y a près de deux semaines et j’avoue avoir eu un peu d’appréhension dans les premiers jours. En raison d’un manque de neige dans le haut de la montagne, le parcours pour la compétition n’a été rendu accessible à l’entraînement que le 5 décembre.

Je n’affectionne pas particulièrement les pistes trop «jeunes», dans lesquelles il faut reformer les bosses. J’aime mieux les parcours avec des bosses plus prononcées, ce qui avantage les meilleurs skieurs techniques.

Dernier tour

Une dernière saison en carrière sous-entend que je visiterai des endroits pour la dernière fois. Je ne peux pas dire que mon dernier tour se jouera sous le signe de la nostalgie, sinon que ça me fait réaliser encore combien je suis privilégié de faire ce que je fais. Je sais que j’apprécierai davantage cette dernière année.

La passion à pratiquer mon sport m’a aussi amené à visiter différents pays. Je ne peux pas nommer un endroit que j’ai aimé plus qu’un autre. Si je devais en cibler quelques-uns parmi mes préférés, je penserais à Are, en Suède, ou même Voos, en Norvège, où on tiendra d’ailleurs un camp d’entraînement avant les Jeux olympiques. J’ai aussi toujours adoré nos arrêts annuels au Japon, là où on ira tout de suite après les Jeux. C’est une culture qui m’enchante. Dans le fond, j’ai appris à réaliser que chaque endroit a son charme.

Étape par étape

Je ne veux pas regarder trop loin. Pour cette dernière saison, je vais y aller étape par étape. Je dois rester conscient que beaucoup de choses peuvent se passer d’ici aux Jeux.

À mon retour à Montréal en début de semaine, je devrai me soumettre à mon examen de fin de session à l’Université Concordia. Ensuite, il y aura les Fêtes en famille, entrecoupées de nombreux entraînements.

À partir de maintenant, je le sais trop bien: ça va débouler!

 

— Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires