/opinion
Navigation

Les patriotes

Coup d'oeil sur cet article

Il y a une tradition dans notre famille depuis quelques années. Le dernier repas de famille de l’année est l’occasion de nous rappeler nos beaux moments, nous qui sommes privilégiés d’avoir autour de nous une fille extraordinaire, son mari et deux adorables petites-filles.

Il y a une tradition dans notre famille depuis quelques années. Le dernier repas de famille de l’année est l’occasion de nous rappeler nos beaux moments, nous qui sommes privilégiés d’avoir autour de nous une fille extraordinaire, son mari et deux adorables petites-filles.

À tour de rôle, donc, chacun y va d’un «beau moment». Plusieurs tours de table sont souvent requis. Avec douceur et tendresse, on se remémore les moments forts, les défis relevés avec passion et les nouvelles amitiés qui se sont ajoutées dans nos vies. Nostalgiquement, on soulignera les étapes de la vie qui se franchissent au fil du temps.

Gratitude, espoirs, sourires et fierté remplissent nos cœurs de parents et de grands-parents. J’imagine que c’est un peu ce qui se vit dans toutes les familles, de façon formelle ou informelle, tout au long de l’année. Si on est chanceux, un profond sentiment de reconnaissance nous habite et on se dit que les sacrifices d’antan y ont peut-être été pour quelque chose dans l’amélioration de la qualité de vie des nôtres.

BILANS

Et puis, c’est l’heure des bilans. A-t-on fait ce qu’il fallait? A-t-on participé, du mieux que nous le pouvions, à ce que les jeunes jouissent d’un environnement qui les motive à devenir ce qu’ils sont. Les aînés de la famille sont-ils confortables? Profitent-ils pleinement des années de retraite bien méritée? Cette solidarité, la vraie, celle qui lie inconditionnellement les membres d’une famille, celle qui se conjugue avec le sens du devoir, celle qui se soucie de la préservation d’un patrimoine construit pour ceux qui suivront, prend tout son sens en cette période des Fêtes.

En cette fin d’année 2013, je me demande toutefois combien de tours de table et combien de beaux moments nos élus pourraient se remémorer. Politiquement confus, divisés, habités d’un sentiment d’impuissance, les Québécois n’osent même plus se donner le droit d’espérer davantage de leurs représentants. Et pourtant...

Pendant que la commission Charbonneau et l’UPAC nous montrent une élite qui nous trahit, pendant que les intellos se perdent dans des débats toxiques, nos Céline Dion, Georges St-Pierre, Rad Hourani, Joanne Liu et David Thibault rêvent, réalisent et rayonnent partout sur la planète.

DESTIN

Parce que le vrai patriote n’est pas celui qui verse dans la petitesse, la peur et le sentiment victimaire. Il aspire à la grandeur, inspire les siens et tire son entourage vers le haut. Il joint le geste à la résolution et n’est séduit d’aucune façon par les slogans creux et la complainte identitaire incendiaire.

Il ne s’écroule pas devant les injures ni ne cherche à distribuer le blâme pour ses propres fautes; il est trop occupé à accomplir son destin. Par ses convictions et ses réalisations, il éveillera les forces dormantes qui l’entourent et il cultivera la fierté et la confiance.

Des patriotes, il y en a plein au Québec. Des gens de passion et de compassion attachés à leur famille, à leur communauté et à leur coin de terre. Je leur souhaite de tout cœur qu’en 2014, ils aient un gouvernement qu’ils méritent.

 

Commentaires