/news/health
Navigation
Sclérose en plaques

Une percée importante dans la détection

Raisonnance magnétique
Photo Fotolia Les neurologues utilisent depuis longtemps l’imagerie par résonnance magnétique comme outil de diagnostic de la maladie.

Coup d'oeil sur cet article

LONDON, Ontario - Des chercheurs de l’université de Western Ontario ont réalisé une percée importante dans le combat contre la sclérose en plaques en améliorant les techniques d’utilisation de l’imagerie par résonnance magnétique pour détecter la maladie beaucoup plus tôt, avant même qu’elle ne commence ses ravages.

«Ça pourrait tout changer», a expliqué le Dr Bruce Bebo, qui est responsable aux États-Unis de la gestion des 50 millions$ qui sont investis en recherche sur la société américaine de la sclérose en plaques.

Le Dr Bebo est impressionné par le travail de l’équipe de l’université Western Ontario, dirigée par le Dr Ravi Menon, qui tente de trouver des moyens pour détecter plus rapidement la sclérose en plaques.

Ces efforts sont particulièrement cruciaux au Canada, où l’on retrouve les taux les plus élevés au monde de sclérose en plaques.

Les neurologues utilisent depuis longtemps l’imagerie par résonnance magnétique comme outil de diagnostic de la maladie. Mais, maintenant, les chercheurs ontariens proposent une nouvelle procédure d’imagerie pour obtenir un portrait précis des dommages que cause la maladie à la myéline (l’enveloppe protectrice) des fibres nerveuses ainsi que les dépôts de fer qu’elle provoque.

L’équipe de l’université a testé la procédure sur des rats dans le cadre d’une étude dont les résultats viennent d’être publiés dans le journal de la National Academy of Sciences.

«C’est un pas important en avant», estime le Dr Bebo.

Les chercheurs ont aussi appliqué la procédure sur des êtres humains, mais l’étude ne sera pas disponible avant janvier. Cependant, les résultats préliminaires indiquent que la présence de la maladie peut être détectée bien avant les moyens actuels, potentiellement avant même que les premières atteintes apparaissent.

Même s’il n’est pas possible dépister systématiquement la sclérose en plaques dans toute la population au moyen de l’imagerie par résonnance magnétique, de nouvelles recherches sont en cours pour raffiner la sélection des personnes à examiner, notamment grâce à des tests sanguins, précise le Dr Bebo.

Commentaires