/world
Navigation
Cannabis | Vente libre

Cannabis: le Colorado écrit l'histoire

Coup d'oeil sur cet article

DENVER - Le Colorado est entré dans l'histoire mercredi en devenant le premier endroit au monde à légaliser la vente de cannabis à des fins récréatives. Des centaines d'adeptes de la marijuana, venus d'un peu partout au pays, ont fait la file pendant des heures devant les 37 boutiques ouvertes à travers l'État. La fin de la prohibition a pris des air de fête.

Munis d'une carte d'identité pour prouver qu'ils avaient bien 21 ans, les clients ont pu ressortir avec un sac contenant jusqu'à 28 grammes de cannabis (7 grammes pour les touristes). La plupart ont déboursé entre 50 et 60 $ pour une ration de 3,5 grammes.

Certains clients ont passé le réveillon du jour de l'an à faire du camping devant les dispensaires pour s'assurer une place à l'ouverture des portes à 8 h.

C'est le cas de Darren Austin, 44 ans et son fils Tyler, 21 ans. Ils sont venus d'Augusta simplement pour acheter du cannabis. «Mais c'est surtout pour faire partie de ce moment historique. Le monde entier regarde ce qui se passe ici», a dit Darren, qui s'était peint le visage en vert pour l'occasion.

Père et fils ont décidé, sur un coup de tête, de déménager à Denver pour pouvoir profiter au quotidien de la nouvelle loi. «On a tout vendu et on a mis le reste dans la voiture pour venir ici», a raconté Darren.

Le Colorado est devenu une sorte d'éden pour les fans de marijuana. «On ne pensait jamais voir ça un jour», a avoué Heather Hood, 27 ans. Son copain et elle sont des utilisateurs quotidiens de cannabis.

«Avant, on devait s'approvisionner sur le marché noir, c'est stressant, maintenant ça sera beaucoup plus facile.» Certains aspects de cette nouvelle liberté l'inquiète cependant.

«La police n'a pas encore les outils pour mesurer le taux de cannabis dans le sang des conducteurs et comme on le fait souvent pour l'alcool, les adultes vont acheter du cannabis pour les plus jeunes», craint-elle.

«Nous sommes les cobayes de ce nouveau système et c'est notre responsabilité de bien se comporter si on veut que ça reste», a-t-elle ajouté.

Tout près du centre-ville, près de 200 personnes ont attendu sous la neige l'ouverture de la boutique 3D Cannabis Center. Les journalistes se sont bousculés pour filmer la première transaction de la journée.

Sean Azzariti, 32 ans, un vétéran de la guerre d'Irak, a été le premier client. M. Azzariti souffre du trouble de stress post-traumatique et consommer du cannabis atténue ses symptômes. Hors, sa condition n'est pas reconnue dans la loi existante sur l'utilisation de marijuana médicinale au Colorado.

Toni Fox, la propriétaire des lieux avait les larmes aux yeux. «Le cannabis récréatif est sa seule option, c'est un grand jour pour des gens comme lui.»

Dehors, une légère odeur de marijuana planait dans le stationnement, mais règle générale les clients ont respecté l'interdiction de fumer dans les lieux publics.

«C'est sûr qu'il reste beaucoup de questions et d'inquiétudes, mais à date tout se déroule bien», a dit Les C. Perry, commandant de la police de Denver lors d'une visite à la boutique Medicine Man, la plus grande plantation de cannabis de Denver.

Il y a un peu plus d'un an, il procédait encore à des arrestations pour possession de marijuana, aujourd'hui il a été témoin de transactions en toute légalité.

Les clients sont venus les poches remplies de billets verts puisque les dispensaires n'acceptent pas les cartes de crédit. Comme au niveau fédéral le cannabis est toujours illégal, les compagnies dans cette industrie n'ont pas accès à des services bancaires.

«Ils doivent même payer leurs employés en argent comptant. C'est stupide et ça cause des problème de sécurité et des risques de fraude, ça doit changer», a dit Charlie Brown, conseiller municipal de la ville Denver qui s'est opposé depuis le début à la légalisation du cannabis.

Il s'inquiète aussi de l'effet que le marché libre aura sur les enfants. «On va devoir se pencher sur ce problème et savoir comment parler du cannabis à nos enfants. Je ne veux pas perdre une génération à cause de ça, surtout qu'il n'y a pas de limite imposée sur la puissance de cannabis qui peut être vendue», a-t-il rappelé.

Si tout se passe bien au Colorado, d'autres États pourraient suivre la vague. L'État de Washington est le suivant et l'ouverture des premières boutiques est prévue pour le printemps.

Mason Tvert, un des leaders du mouvement de légalisation de la marijuana au Colorado, estime que l'Alaska, l'Arizona, la Californie et l'Oregon seront les prochains à emboîter le pas. Dans 20 États et le District de Columbia, le cannabis pour usage médical est déjà permis aux États-Unis.

Le gouverneur du Colorado et le maire de Denver, tous deux opposés à la légalisation, se sont tenus à l'écart des célébrations mercredi.

Est-ce que l'image du Colorado, surtout connu pour ses pentes de ski, pourrait être affectée par cette nouvelle ruée vers l'or vert? «On ne fait pas de marketing autour du cannabis, mais il est encore trop tôt pour savoir quel en sera l'effet», a dit Rich Grand, directeur des communications de Visit Denver. Aucun congrès n'a annulé sa venue à Denver pour l'instant.


-Jusqu'à présent, 136 boutiques de cannabis, dont 102 à Denver, ont reçu leur licence de vente au détail de l'État du Colorado. 178 plantations de cannabis et 31 producteurs de produits alimentaires à base de cannabis ont aussi reçu leur licence.

-En 2013, on estime que 1,8 millions de touristes sont venus au Colorado pour la marijuana.

-Le Colorado estime générer 400 M$ en vente de cannabis en 2014. Le Colorado devrait toucher 70 M$ en taxes la première année.

Commentaires