/homepage
Navigation
Tinder

Le dating efficace

Trouver l’âme sœur avec l’application de rencontre géolocalisée

tinder
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Ne pas juger quelqu'un au premier coup d'œil, vous ont appris vos parents. Voilà une nouvelle application qui vous permet de faire tout le contraire et de juger, du bout de l'index, des photos de célibataires qui défilent dans votre téléphone, un peu comme on feuillette un catalogue de marchandises.

Ne pas juger quelqu'un au premier coup d'œil, vous ont appris vos parents. Voilà une nouvelle application qui vous permet de faire tout le contraire et de juger, du bout de l'index, des photos de célibataires qui défilent dans votre téléphone, un peu comme on feuillette un catalogue de marchandises.

Assise dans un café de Manhattan, Céline Schira ouvre l'application Tinder. Des visages de célibataires apparaissent en rafale dans son écran. Elle glisse son doigt vers la droite si la photo lui plaît et vers la gauche si la photo lui déplaît.

«Tinder, c'est facile et efficace, mais un peu cruel en même temps parce que c'est basé sur le look. Tu passes très vite d'une page à l'autre, les gens deviennent de la marchandise en fait, c'est comme choisir des jouets de Noël», dit la célibataire de 32 ans.

Elle s'est inscrite sur Tinder à la fin du mois d'octobre par curiosité. Depuis, elle est accro et consulte l'application des dizaines de fois par jour.

Le dating pur

Tinder est le nouveau phénomène mondial au rayon dating. La nouvelle application de rencontre géolocalisée permet de surfer rapidement à travers un pool de célibataires, et, en quelques secondes, de vous «matcher» avec quelqu'un qui se trouve autour de vous dans un rayon de 1,6 km à 160 km.

L'application s'est répandue comme une traînée de poudre dans les six derniers mois, de New York à Los Angeles en passant par Montréal, Paris et Londres. Le Canada est le sixième territoire qui compte le plus d'utilisateurs. Le party de lancement à Montréal a eu lieu le 8 novembre dernier dans une boîte de nuit au centre-ville.

Il est maintenant impossible d'aller dans un bar, à un concert ou à une partie de basketball sans voir quelqu'un en train de balayer l'écran de son téléphone de droite à gauche à un rythme effréné. À Manhattan, où l'on compte deux millions d'habitants, on peut survoler des profils de célibataires pendant des heures sans jamais en voir la fin.

«Le succès de Tinder, c'est sa simplicité, dit Nick Notas, dating coach de 26 ans, installé à Boston. Normalement, sur des sites de rencontre comme OkCupid, eHarmony ou Match, il faut investir beaucoup de temps, remplir de longs questionnaires, écrire une bio et envoyer des tas de messages. Les gens n'ont plus le temps de faire ça. Tinder c'est instantané.»

Le succès de Tinder c'est aussi le fait qu'on ne peut pas se sentir rejeté. On ne saura jamais qui n'a pas aimé notre photo et on peut seulement entrer en contact avec quelqu'un qui a aimé notre profil.

«C'est un booster pour l'ego et c'est une bonne option pour les novices du dating. Tinder est moins intimidant et gênant qu'un site de rencontre puisque ça fonctionne avec notre profil Facebook», explique Nick Notas.

Effets pervers

Il y a évidemment des effets pervers à vouloir simplifier de cette façon la rencontre entre de purs étrangers. «La réputation de l'application est qu'elle attire ceux qui cherchent à avoir une relation sexuelle immédiate», explique Nick Notas.

Plusieurs critiquent aussi l'application pour son côté très superficiel. «Tinder n'est que le reflet de la façon dont les humains interagissent dans la vraie vie. Quand vous entrez dans un café, vous jugez en un instant les gens par leur apparence», rétorque Justin Mateen, cocréateur de l'application.

 

Sur le même sujet
Commentaires