/misc
Navigation

Les bienfaits de Zermatt

bloc sotchi Alex Harvey

Coup d'oeil sur cet article

Je sors du Tour de ski sans l’impression d’avoir surtaxé mon corps, mais il est quand même sage de m’offrir quelques jours de repos.

Je sors du Tour de ski sans l’impression d’avoir surtaxé mon corps, mais il est quand même sage de m’offrir quelques jours de repos.

Après toutes les cérémonies clôturant le Tour de ski, je prends la route jusqu’à Genève aujourd’hui pour y rejoindre ma copine Sophie demain matin. De là, nous partirons ensemble pour Zermatt pour des vacances appréciées et, même si elles seront courtes, qui me feront le plus grand bien.

Nous serons à Zermatt jusqu’à vendredi et il est possible qu’on fasse un peu de ski alpin. Le choix d’aller dans cette station d’hiver est assez facile à expliquer. Je n’y suis encore jamais allé en hiver, mais les souvenirs que j’en garde, c’était lors d’un séjour en été. Le décor est paradisiaque, tout simplement.

Il a plu hier ici en Italie et il y a plusieurs endroits en Europe où il n’y pas de neige. Mais il tombe assurément de la neige à Zermatt. Nous sommes certains de pouvoir faire du ski durant la semaine.

Repos préventif

Je passerai deux jours de suite sans skier lundi et mardi. Ça ne m’arrive pas souvent. Même si je ne participe pas à la septième et dernière épreuve du Tour de ski aujourd’hui, je vais faire une sortie d’entraînement dans la matinée. Je devrai ensuite me rendre au sommet du mont Cermis pour les cérémonies puisque je termine troisième au classement du sprint.

Je prévois retrouver mes skis de fond durant mon séjour à Zermatt. Mercredi et jeudi, Sophie et moi devrions aller faire une petite sortie «mollo».

Comme je l’ai dit, je me sens encore bien, même après six courses en huit jours. Il reste que le Tour de ski exige une surcharge d’intensité et il faut savoir donner un repos au corps qui a dû surcompenser.

Je sais qu’il y a beaucoup de skieurs pour qui les lumières commencent à scintiller dans leur tableau de bord, mais dans mon cas, je suis correct. Disons que le repos que je m’offre est d’abord préventif.

Ensuite l’Autriche

Nos vacances se poursuivront au-delà de Zermatt, pour ainsi dire. Nous rejoindrons ensuite l’équipe canadienne à Seefeld, à une vingtaine de kilomètres d’Innsbruck. Il s’agit d’une station en Autriche reconnue pour ses installations de ski de fond et on y reprendra alors l’entraînement en prévision de la Coupe du monde de Szklarska Poreba, en Pologne, les 18 et 19 janvier.

À Seefeld, nous logerons dans un hôtel de belle qualité, le même où l’équipe nationale de la Suisse a ses habitudes lorsqu’elle tient ses camps d’entraînement.

Il sera bon de me changer les idées durant la prochaine semaine. Le Tour de ski a été intense, mais je pense que les résultats obtenus ont eu un bel effet sur l’équipe. Ça démontre qu’on est revenu dans le coup. Ça a redonné de la confiance à nos farteurs. À tout le monde, à vrai dire!

- Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires