/entertainment/opinion/columnists
Navigation
Opinion

Casse-Noisette : le faux scandale

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez peut-être lu (notre page 10) l’histoire de cette famille qui a dû payer 42 $ en décembre pour que leur enfant de 3 mois puisse assister à Casse-Noisette? L’histoire a beaucoup circulé sur les médias sociaux. Au 98,5 fm Paul Arcand et Dominic Arpin ont reçu le père de famille indigné.

Vous avez peut-être lu (notre page 10) l’histoire de cette famille qui a dû payer 42 $ en décembre pour que leur enfant de 3 mois puisse assister à Casse-Noisette? L’histoire a beaucoup circulé sur les médias sociaux. Au 98,5 fm Paul Arcand et Dominic Arpin ont reçu le père de famille indigné.

Tout le monde a crié au scandale. Les Grands Ballets et la Place-des-Arts ont dû publier des communiqués.

Désolée, mais je n’embarque pas. Pour moi, toute cette histoire ressemble à une tempête dans un verre d’eau.

UNE POLITIQUE CLAIRE

Le 30 décembre, Jacques Lareau se pointe à la Place des Arts avec sa femme et ses deux enfants (pour qui le père Noël a acheté des billets) et son bébé de trois mois (pour qui il n’a pas acheté de billet). Il se fait dire qu’il doit acheter un billet pour le bébé, même si celui-ci sera sur les genoux de sa maman et qu’il n’occupera pas de siège.

Or, qu’est-ce qu’on trouve, sur le site de la Place-des-Arts: une rubrique Politiques et procédures pour enfants.

«Entrée aux spectacles: Toute personne, incluant un bébé même s’il n’occupe pas de siège ou un enfant quel que soit son âge, doit être munie d’un billet pour assister à un spectacle».

On peut trouver que cette politique n’est pas correcte, on peut se plaindre que la PDA soit plus sévère que le Centre Bell ou la Ronde, qui donnent l’entrée gratuite aux enfants de moins de deux ans. Mais on ne peut pas crier au scandale en disant qu’on ne le savait pas. C’est écrit noir sur blanc!

Il y a bien des règlements dans bien des commerces que je trouve absurdes. Des politiques d’achats ou de remboursements que je trouve débiles. Mais à partir du moment où je me procure les billets sur un site internet dont la politique est clairement écrite, je me vois mal la contester par la suite.

Si je me rends compte que je n’ai pas lu les règles comme il faut, je m’en veux de ne pas avoir été plus vigilante. Et je me promets que la prochaine fois je ferai plus attention. Mais je ne me mets pas à crier au scandale en demandant d’être remboursé.

Mais ce n’est pas tout. Dans la même section des politiques et procédures pour enfants de la PDA, voici ce qui est écrit:

«Certains spectacles présentés à la Place des Arts sont spécifiquement dédiés au jeune public. L’âge minimum pour ces spectacles est généralement précisé. La Place des Arts suggère aux parents de respecter la consigne de l’âge minimum».

Vous vous dites que Casse-Noisette, un spectacle familial, était sûrement recommandé pour toute la famille? Eh bien, non. La PDA et Les Grands Ballets Canadiens recommandaient aux parents de ne pas amener au spectacle des enfants de moins de deux ans.

UNE PRÉSENCE INAPPROPRIÉE

Enfin, permettez-moi une dernière question: pourquoi la mère, qui allaitait son enfant, tenait-elle tant à amener un bébé naissant à un spectacle avec des danseurs sur scène et des musiciens dans la fosse d’orchestre? Est-ce vraiment la place pour un bébé de trois mois, qui peut se mettre à pleurer à n’importe quel moment?

Les autres spectateurs avaient payé leur billet pour Casse-Noisette … pas pour Casse-Oreilles.

Commentaires