/news/currentevents
Navigation
Plainte à la police

Coup monté contre un conseiller municipal

Coup d'oeil sur cet article

Le temps des Fêtes d’un conseiller municipal de Léry, Gérald Ranger, a été assombri par une lettre faussement signée de son nom qui a été envoyée à tous ses concitoyens de quartier. Cette lettre divulguait notamment des informations confidentielles et parle d’un comité qui n’existe pas.

Le 23 décembre, les citoyens du premier district de la ville de 2300 âmes ont reçu une lettre sans l’entête de la Ville, signée par un «Gérald» en caractère italique d’ordinateur. Elle les invitait à se plaindre contre la phase un du projet d’égouts et d’aqueduc complété dans les mois précédents.

M. Ranger a lui-même reçu la lettre. Le conseiller croyait d’abord être seul, jusqu’au moment où des voisins lui en ont parlé. Puis, de nombreux appels ont été logés chez lui, de même que des courriels. «D’après moi c’est un coup monté», déclare-t-il.

«Il m’a appelé dans le temps des Fêtes, confie Walter Letham, maire de Léry. Il m’a appelé, tout découragé. Toutes les maisons ont été sélectionnées, même chez moi. Je peux vous dire que le téléphone sonne là-bas parce que tout le monde qui a un petit pépin appelle pour un dédommagement.»

Le maire est catégorique. «C’est une fraude. Il y a quelqu’un qui est en train de jouer une <I>game<I> de je ne sais pas quoi.»

Comité inexistant

La lettre divulgue des informations confidentielles, mais comporte également des fautes d’orthographe que n’aurait pas faites Gérald Ranger, assure ce dernier.

L’adresse courriel avait été créée par son propriétaire après son élection. Seuls certains employés et élus de la municipalité connaissaient l’adresse, comme il ne s’agit pas de son adresse officielle fournie par la municipalité.

Son adresse et son numéro de téléphone à la maison se trouvaient également dans la lettre.

En plus de ne pas être signée de manière manuscrite, la lettre mentionne que le conseiller est président du comité sur la résolution des problèmes d’égout et d’aqueduc. Or, le conseil n’en est pas arrivé à un consensus sur la voie qui sera empruntée pour régler ces problèmes. Un tel comité n’existe donc pas encore.

Pas de baguette magique

M. Ranger fait valoir que ce n’est pas lui qui est victime de ce canular, mais plutôt ses concitoyens qui se sont nourris d’espoirs.

«Ce sont les citoyens qui ont été victimes de ça parce qu’ils m’ont appelé ou envoyé des courriels. Ces personnes-là étaient pas mal désappointées.»

Ils croyaient qu’il pouvait tout corriger d’un coup de baguette. «J’avais l’air d’une tête enflée qui était pour tout régler. Les gens ont été victimes, c’est un canular.»

Les policiers de Châteauguay enquêtent et, si l’auteur de ces lettres est retrouvé, des accusations de fraude à l’identité pourraient être portées.

Certaines lettres avaient été renvoyées à l’expéditeur et, comme c’est l’adresse de l’hôtel de ville qui a été inscrite sur l’enveloppe, il a pu les récupérer et en remettre une douzaine aux policiers tout en déposant sa plainte lundi.

 

Commentaires