/entertainment/tv
Navigation
Websérie

«Féminin/Féminin»: la réalité des lesbiennes à Montréal

femininfeminin
Photo Pascale Lévesque / Agence QMI Sur la photo: Ève Duranceau, Noémie Yelle, Chloé Robichaud, Kimberly Laferrière et Carla Turcotte.

Coup d'oeil sur cet article

La jeune cinéaste Chloé Robichaud (Sarah préfère la course) a écrit et réalisé la websérie Féminin/Féminin à la suite d’une rencontre avec Florence Gagnon, qui avait la volonté de lancer un site de référence sur la réalité des femmes gaies (LSTW).

«J'ai envie d'une websérie sur l'univers des lesbiennes, as-tu envie de la faire?» lui a-t-elle demandé. Et Chloé Robichaud a dit oui, constatant qu’il n’existait rien de tel.

Féminin/Féminin a été conçu pour le web dès le départ. «C'est gratuit sur internet, c'est accessible à tous, ça permet de faire découvrir plus rapidement le projet», a expliqué la réalisatrice, qui a dû modifier sa façon de tourner. Adieu les beaux plans à grand angle, peu pratiques pour une œuvre qui sera parfois vue sur un cellulaire.

On y verra une dizaine de personnages «qui s'entrecroisent [et qui présentent] un coup d'oeil différent sur l'univers des lesbiennes à Montréal», des femmes campées notamment par Noémie Yelle, Eliane Gagnon, Carla Turcotte, Eve Duranceau et... quelques surprises! Les huit épisodes prévus seront d'une durée variant entre 10 et 15 minutes, et une suite est déjà envisagée. «On ne se limitera pas à une seule saison. Si on sent qu'il y a un bel engouement, on va poursuivre», a affirmé Chloé Robichaud.

Déjà disponible sur le site lezspreadtheword.com, le premier épisode donne tout de suite le ton: «Quand t'es lesbienne, tu peux dire gouine, mais quand ça vient d'une hétéro comme toi, c'est vraiment déplacé», balance l'une d'elles à une amie hétérosexuelle devant une bière.

Lors d’une fausse entrevue pour le site qui héberge la série, une autre lance «les lesbiennes, on boit plus de bière parce qu'on se “tchèke” moins la grosseur du cul.» Voilà, c'est cru, c'est franc, et c'est exactement ce que ça veut être. Il s’agit d’un portrait qui ne cherche pas à réinventer la réalité gaie.

«On a beaucoup entendu parler d'homophobie, de la difficulté d'être gai, des choses comme ça, je pense qu'on est prêts à juste regarder le quotidien puis de s'ouvrir à la réalité», a confié l'auteure.

Des pourparlers seraient déjà amorcés avec un télédiffuseur pour sortir la série du web, mais tout ceci est encore à l'état de balbutiements.

Les prochains épisodes seront diffusés toutes les semaines à partir de juin prochain.
 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.