/homepage
Navigation

La force de la télévision

La force de la télévision
Photo fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Même si les émissions de télévision, les films et les événements sportifs sont offerts sur de plus en plus de plateformes, la télévision traditionnelle ne semble pas sur le point de mourir.

C’est ce qui ressort des prédictions de la firme Deloitte dans le secteur des technologies, médias et télécommunications (TMT) pour 2014, publiées hier.

François Sauvageau, leader TMT de Deloitte pour le Québec, estime que la télévision est encore très active et surtout bien aimée par la population.

Selon le rapport, il y aura à l’échelle mondiale une augmentation de 100 % du nombre de foyers qui paieront la télé par l’intermédiaire d’un distributeur traditionnel, pour atteindre les 100 millions. Ils auront aussi au moins un autre service de télévision par contournement (TPC).

«Pour chaque personne qui abandonnera la télévision payante pour regarder seulement du contenu en ligne, une centaine d’autres ajouteront un deuxième service, comme Netflix», a expliqué M. Sauvageau.

On prévoit que les Québécois regarderont en moyenne 70 minutes de télévision par jour. Chez les Canadiens anglophones, ce sera seulement 30 minutes. Cela s’explique entre autres par la plus grande offre de TPC en anglais.

DROITS SPORTIFS PLUS CHERS

À l’échelle mondiale, les droits relatifs aux vidéos des grands événements sportifs augmenteront de 14 %. En comparaison, il y avait eu une croissance de 5 % entre 2009 et 2013.

Au Canada, Rogers Communications a d’ailleurs récemment signé une entente de 12 ans et 5,2 G$ avec la Ligue nationale de hockey, du jamais vu.

«Les fournisseurs devront être créatifs pour rentabiliser les investissements, comme en proposant des angles de vue supplémentaires, la possibilité de suivre un joueur ou une interaction sur le deuxième écran», a dit M. Sauvageau.

 

Commentaires