/news/politics
Navigation
Politique municipale

Vision Montréal pourrait revenir en force

Louise Harel
Photo Ewan Sauves / Agence QMI Louise Harel

Coup d'oeil sur cet article

Vision Montréal pourrait renaître de ses cendres, a appris le quotidien 24 Heures. Les membres du comité exécutif de la formation politique de Louise Harel se réuniront dans les prochaines semaines pour statuer sur l’avenir du parti.

En novembre dernier, Louise Harel a tout perdu : son pari (avec la défaite de Marcel Côté au poste de maire de Montréal), son siège à l’Hôtel de Ville, mais surtout son statut de chef de l’opposition officielle.

Actuellement en retraite forcée, Louise Harel a accepté de rencontrer le 24 Heures pour faire le point sur son parti. Dans un restaurant de la rue Notre-Dame, à deux pas de l’hôtel de ville, Mme Harel rencontrait justement l’ex-directrice de son cabinet, Soraya Martinez, pour en discuter.

«Légalement, Vision Montréal existe encore, mais c’est encore un peu trop tôt pour se prononcer. On en est à réfléchir sur l’avenir de Vision et de la Coalition Montréal», a-t-elle affirmé.

Une chose est certaine : Louise Harel arrête définitivement la politique. Elle ne se représentera pas à Montréal ou à Québec (pour le Parti québécois)... ni même à Ottawa pour le Bloc québécois, a-t-elle martelé.

«Il est certain qu’il y a eu des enjeux qui ont été introduits grâce à Vision Montréal, comme la bouffe de rue, a rappelé l’ex-élue. Il y en beaucoup de thèmes comme celui-là... ça mérite d'être l’objet d’une réflexion intensive.»

Retour en force?

Vision Montréal pourrait faire un retour en force, indique un des membres du comité exécutif du parti qui préfère ne pas être nommé.

«L’idée est que nous devons nous réunir sous peu pour faire le point, a-t-il confirmé. Il est toujours bon après une campagne électorale de faire une réunion, de dresser un bilan, de faire une évaluation, mais surtout de penser en terme d’avenir.»

Aucune date n’a encore été fixée, a souligné notre source, mais les discussions vont bon train. «J’ai un bon feeling pour Vision Montréal. Je peux me tromper, mais j’ai un bon très feeling», a-t-il dit.

Selon lui, la formation de Louise Harel a toujours sa place dans le paysage politique montréalais. «Tant qu’on ne m’a pas dit que le parti est mort, il n’est pas mort», a-t-il lancé en riant.

Encore pertinent

Danielle Pilette, professeure en gestion municipale à l’UQAM, estime que Vision Montréal a tout intérêt à rester en vie. Selon elle, la base militante est éparpillée, mais encore très forte.

«Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir pour un parti politique, a indiqué Danielle Pilette. Aux dernières élections, il y a des gens à Verdun qui étaient de Vision Montréal et qui ont refusé de se présenter sous la Coalition Montréal. On voit clairement que les gens tiennent encore à Vision.»

Toutefois, si Vision Montréal ressuscite, une course à la chefferie devra être lancée. «L’avenir politique de Louise Harel est aussi terminé que celui de Richard Bergeron, a mentionné l’experte sans l’ombre d’un doute. Les deux ont eu leur chance, c’est un combat qui n’a donné aucun vainqueur.»

Parmi les possibles successeurs, on retrouve Elsie Lefebvre, Réal Ménard, Érika Duchesne et Élaine Ayotte. Danielle Pilette pense toutefois que des transfuges de Projet Montréal pourraient faire le saut et briguer la direction de Vision Montréal.

Commentaires