/sacchips
Navigation
Saint-Adolphe-d’Howard

Les ovnis seraient des drones ou des avions militaires

Ovnis
Photo Agence QMI, David Deslauriers Points lumineux photographiés de nuit dans le ciel de Saint-Adolphe d’Howard.

Coup d'oeil sur cet article

Les lumières étranges vues dans le ciel de Saint-Adolphe-d’Howard ne peuvent pas être des extraterrestres ou une soucoupe volante venue d’une autre planète. Des experts en aviation et en astronomie pensent qu’il s’agit d’avions militaires ou de drones.

Des résidents de la ville de Saint-Adolphe-d’Howard, dans les Laurentides, ont observé six appareils silencieux, lancés l’un après l’autre à moins d’une minute d’intervalle. Des clignotants de couleur blanche sous les appareils laissaient deviner une forme triangulaire.

«Qu’il s’agisse d’un objet extraterrestre est la dernière des hypothèses à envisager, lance en riant Robert Lamontagne, astronome ingénieur et directeur exécutif de l’Observatoire du Mont-Mégantic. La probabilité que cela arrive est très, très, très faible. J’ai plus de chance de gagner le gros au Lotto 6/49».

Les appareils volants silencieux décrits par des témoins pourraient être «un petit drone de type avion ou bi-moteur totalement automatisé», estime tout en restant sur ses gardes, Marc Moffatt, directeur général adjoint du centre d’excellence sur les drones, à Alma.

Comparables à des objets volants ou des petits avions, les drones peuvent se déplacer de façon instable ou stationnaire. Cette caractéristique correspond aussi à la description que les témoins ont faite.

DES VOLS ILLÉGAUX

Si les témoins n’ont pas entendu de bruit et que les appareils volaient à basse altitude, cela pourrait être des drones à ailes fixes, estime M. Moffatt.

L’expert n’écarte pas non plus l’hypothèse selon laquelle des personnes pourraient faire voler des drones illégalement et de nuit. La réglementation exige un certificat d’opérations aériennes spécialisées délivré par Transports Canada pour faire voler ces appareils.

Or, le nombre d’autorisations est limité et les délais d’obtention varient de deux à six mois. «Parfois, les gens ne sont pas capables d’avoir le certificat», explique-t-il.

«Dans le cadre d’expérimentation, j’ai déjà fait voler des drones de nuit et cela peut tout à fait correspondre à ce qui est décrit», renchérit Emmanuel de Maistre, directeur de la Fédération professionnelle du drone civil en France.

DES AVIONS MILITAIRES

Mais pour le journaliste Daniel Deslauriers, qui s’est rendu sur la montée des Artisans pour observer le ciel le 8 janvier avec des témoins, les appareils seraient «probablement des avions militaires à l’essai».

M. Deslauriers a pensé à cette explication, car il a vu par la position des clignotants rouges et blancs que les objets étaient triangulaires.

C’est aussi l’emplacement des six appareils dans deux corridors distincts qui lui a fait penser à des avions militaires.

«C’est un peu bizarre, non?», conclut-il.

Commentaires