/news/currentevents
Navigation
CHÂTEAUGUAY

Du porte-à-porte légal, mais qui inquiète

vente itinérante
Cynthia Laflamme Des agents de Service aux foyers font de la vente itinérante à Châteauguay.

Coup d'oeil sur cet article

Le passage de portes en portes de gens qui veulent vérifier les réservoirs d’eau chaude des domiciles de Châteauguay en a inquiété plus d’un, croyant avoir affaire à des arnaqueurs. Ces agents travaillent pour Service aux foyers et ont tous les permis nécessaires, mais utiliseraient des techniques de vente agressives.

Des citoyens se sont inquiétés de leur passage, après les avoir vus circulant dans la cour arrière d’un voisin, tenter d’ouvrir une porte ou même insister pour entrer dans la maison. Au moins deux citoyens de Châteauguay ont été avisés par un voisin que quelqu’un rôdait dans leur cour arrière alors qu’ils étaient absents.

Ils se seraient à plusieurs reprises présentés comme étant «de l’Hydro». Les gens, qui ont contacté Le Soleil de Châteauguay, ont cru qu’ils représentaient Hydro-Québec. Or, ce n’est pas le cas.

L’entreprise HydroSolution s’est récemment plainte de concurrence déloyale de Service au foyer, au journal Le Reflet qui laisserait croire être un représentant d’HydroSolution (voir autre texte).

«Pas mesquin»

Marie Octeau, directrice de Service aux foyers pour la province, en charge des communications, soutient que les agents sont clairement identifiés et que leur approche est respectueuse.

Elle indique que les agents doivent parler avec le propriétaire et ne peuvent pas discuter de leur offre avec un locataire. «Ils expliquent généralement à la porte» qu’ils sont là pour vérifier l’âge, le type et la capacité du réservoir d’eau chaude. Si le propriétaire accepte, les agents feront les vérifications à l’intérieur, mais ils n’insisteraient pas.

Quant aux plaintes de citoyens affirmant qu’un agent a rôdé dans leurs cours, «je ne peux le confirmer ou l’infirmer, mais je ne vois pas pourquoi ils iraient dans la cour des gens, déclare Mme Octeau. À part perdre leur temps, je ne vois pas ce que ça donnerait. On en a formé beaucoup d’agents et ça c’est une première pour moi», se désole-t-elle.

Les agents ont également un script à réciter lorsqu’un propriétaire ouvre la porte de sa demeure. Le mot «hydro» n’y apparait pas, commente la directrice.

«Ce n’est tellement pas mesquin, c’est un service qu’on offre, on a choisi de donner un service personnalisé qui fonctionne très bien.»

Antécédents vérifiés

Selon Mme Octeau, la confusion est difficile avec l’uniforme identifié, la cocarde au cou de l’agent et le chapeau. Par contre, ils portent également un dossard orange très voyant, qui pourrait cacher l’identification.

Ils ont un permis de l’Office de la protection du consommateur, fait-elle valoir, ainsi que celui de la Ville de Châteauguay. En 2013, les mots «du Québec» ont été retirés du nom de l’entreprise afin d’éliminer les risques de confusion. Il ne reste qu’à fournir de nouveaux uniformes avec le nouveau nom brodé sur leurs tissus.

Avant que le permis de la Ville soit octroyé à la compagnie, les antécédents judiciaires de chaque agent ont été vérifiés par le service de police de Châteauguay, indique Nathalie Langevin.

«Ils ont du rencontrer nos agents et leur donner un certificat de bonne conduite, ajoute Mme Octeau. Les agents qui sont là ont passé la vérification par le service de police.»

Sept agents font du porte-à-porte depuis le 9 janvier à Châteauguay et pourraient repartir autour du 23 janvier. Leur permis de la Ville est d’une durée d’un an, il est donc possible qu’ils reviennent.


 

Commentaires