/news/currentevents
Navigation
fraude

Quinze mois de détention pour une fraude de près de 300 000 $

Lisette Lavoie
Mario Pitre Lisette Lavoie a pris le chemin des cellules après le prononcé de sa sentence.

Coup d'oeil sur cet article

Une peine de 15 mois de détention ferme a été imposée jeudi au palais de justice de Valleyfield à une femme de 59 ans, Lisette Lavoie, pour des fraudes totalisant près de 300 000 $.

Celle-ci avait admis avoir fraudé les résidences pour aînés l’Anneau d’Or et le Château Romanoffe, à Salaberry-de-Valleyfield, de même que le CSSS Jardins-Roussillon et des familles pour près de 300 000$.

La juge Odette Perron en est arrivée à cette décision en raison de la position stratégique que l’accusée occupait au moment du crime, du montant de la fraude, mais aussi du stratagème qu’elle avait implanté sur une longue période.

La juge a aussi retenu que la fraude commise au CLSC de Châteauguay, du CSSS Jardins-du-Roussillon avait eu lieu au même moment où elle plaidait coupable aux premières. Cette première accusation n’avait donc pas eu d’effet dissuasif à son endroit.

«Je ne peux cautionner de tels gestes... la société ne permet pas à un individu de s’accaparer de façon malhonnête de l’argent qui ne lui appartient pas, pour s’offrir des bénéfices personnels», a-t-elle laissé entendre.

À titre d’agente administrative au CSSS Jardins-Roussillon (CLSC Châteauguay) Lisette Lavoie avait envoyé 195 chèques à des faux clients/patients, représentant la somme de 243 311,28 $.

Elle envoyait le chèque à des adresses inexistantes et quand l'enveloppe revenait, elle les ramassait et encaissait le chèque dans son propre compte.

Entre le 1er août 2008 et le 30 août 2009, elle avait aussi fraudé pour plus de 41 000 $ les résidences pour aînés L’Anneau d’Or et le Château Romanoffe, qui appartenaient avant 2013 à la même propriétaire, feue Pauline Leroux.

Selon le rapport pré-sentenciel cité par la poursuite, Mme Lavoie aurait notamment utilisé cet argent pour s’offrir une chirurgie esthétique, une maison et d’autres petits luxes.

L’audition a également permis d’apprendre que celle-ci avait déjà commis une fraude en 1995 à l’égard d’Hydro-Québec, alors qu’elle avait falsifié des frais de déplacement. Elle a du aussi plaidé coupable à une accusation de conduite avec les facultés affaiblies.

La sentence de 15 mois de détention ferme imposée à son endroit est assortie d’une probation de deux ans, de même que d’une période de cinq ans lors de laquelle elle ne pourra occuper un emploi de type administratif.


 

Commentaires