/finance
Navigation

Financement participatif : bye-bye les banquiers ?

ordinateur argent
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Kickstarter, Indiegogo, Haricot, Fundo, Ecloid, touscoprod… ça vous dit quelque chose?

Kickstarter, Indiegogo, Haricot, Fundo, Ecloid, touscoprod… ça vous dit quelque chose?

Il paraît que ces sites web de financement participatif (crowdfunding en anglais) sont en voie de révolutionner le monde de la finance. Effet de mode ou tendance lourde à laquelle on devrait s’intéresser?

Comment ça marche

Le financement participatif, c’est financer des projets grâce à la famille, aux amis, aux voisins, aux fans, etc. Contrairement à la bourse, où il faut généralement passer par un courtier pour investir, n’importe qui – ou presque – muni d’une carte de crédit peut financer un projet sur un site de financement participatif. Les contributions peuvent être modestes (10 $) comme plus substantielles (100 $ et plus).

Pour encourager les gens à contribuer, la plupart des créateurs de projet promettent des récompenses. Un chanteur peut offrir une copie de son album, par exemple. Par contre, pas question pour les créateurs québécois d’offrir des actions de leur entreprise, à moins qu’ils ne respectent toute la réglementation sur les valeurs mobilières (prospectus, divulgation, etc.). À l’avenir, ces règles pourraient être assouplies puisque l’Autorité des marchés financiers tient présentement des consultations à ce sujet.

Assumer les risques

Le financement participatif, c’est risqué. Rien ne vous garantit que le créateur va mener son projet à terme. Pas de garantie, non plus, qu’il va vous remettre la récompense alléchante qu’il vous a promise. Vous pourriez même tomber sur un projet bidon dont l’unique but est de vous soutirer frauduleusement de l’argent.

Les sites font leur possible pour que rien de tout cela n’arrive. Reste qu’ils ne contrôlent pas les créateurs et c’est vous qui assumez les risques. Préférez donc les projets de créateurs que vous connaissez et considérez votre contribution comme un don… sans reçu d’impôt (sauf s’il s’agit d’un organisme de charité)!

Financer son projet

Avant d’essayer de lever des millions, quelques rappels:

  • Les sites sont là pour faire de l’argent: ils prélèvent une commission qui varie entre 5 et 15 % sur le total des sommes que vous ramassez.
  • Sur la plupart des sites, le financement est fixe. Pour encaisser l’argent de vos donateurs, vous devez obligatoirement égaler ou dépasser votre objectif de financement avant une date limite. Si vous n’y parvenez pas, l’argent est retourné aux donateurs. C’est une course contre la montre!
  • Les sommes ramassées sont taxables et considérées comme des revenus d’entreprise, sauf lorsqu’elles sont ramassées pour des activités de bienfaisance. Vous pourriez cependant bénéficier de déductions d’impôt pour les récompenses que vous avez remises à vos donateurs.
  • Assurez-vous de bien lire les petits caractères des conditions d’utilisation! Vous seriez surpris d’apprendre que certains sites s’octroient des licences perpétuelles et irrévocables sur toute l’information que vous versez sur leurs sites…
 
Commentaires