/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Chivalry: Deadliest Warrior, la critique

Coup d'oeil sur cet article

Si vous avez suivi les programmes télévisés américains durant ces dernières années, vous avez probablement eu vent de Deadliest Warrior. Le concept de Deadliest Warrior était de faire des reconstitutions fictives de combat à mort entre plusieurs guerriers. Mais ce qui rendait le programme intéressant était le fait que les deux camps de guerriers présentés à chaque épisode pouvaient respectivement être d'origine très différente. Par exemple, un épisode met sur le devant de la scène un Viking (1500 à 1700 av. J.-C.) ainsi qu'un Samurai (1500 à 1700 av. J.-C.).

De plus, si vous suivez Tous Des Gamers depuis un certain temps, vous avez peut-être lu notre article sur Chivalry: Medieval Warfare, un jeu de combat médiéval assez brutal et très bien reçu par les joueurs. Vous voyez probablement où je veux en venir.

Un jeu brutal

Tout comme son papa, Chivalry: Deadliest Warrior est un jeu brutal et impardonnable. Malgré ses apparences, la série Chivalry offre des mécaniques qui peuvent donner naissance à des styles de jeu complexes et très satisfaisants à maîtriser.

Le joueur qui clique frénétiquement sur le bouton gauche de sa souris n'ira pas très loin et deviendra rapidement frustré. Tout comme dans Medieval Warfare, le joueur de Deadliest Warrior devra se préoccuper de deux mécaniques clés s’il souhaite triompher sur le champ de bataille: parer et attaquer. Dans le feu de la bataille, il faut rapidement agir: "devrais-je parer jusqu'à ce que l'ennemi épuise sa réserve d'énergie à forcer de m'attaquer ou bien devrais-je le taillader avec un mouvement rapide alors qu'il soulève sa massue et qu'il est à découvert?

 

Un nombre satisfaisant d'approches

Tailler horizontalement, tailler verticalement et poignarder sont les outils d'un guerrier équipé pour le combat au corps à corps (avec plusieurs variantes pour la taillade). Un bouclier permettra au guerrier de se défendre indéfiniment des attaques, à la condition qu'il pointe ce dernier dans la direction de l'attaque et qu'il ne se fasse pas déstabiliser par une attaque trop puissante. Il est aussi possible de parer avec son arme, mais avec le risque de se faire couper si la parade est réalisée trop tôt ou bien trop tard. Ceux qui préfèrent garder une bonne distance du danger pourront évidemment utiliser des armes comme des arcs ou des arbalètes.

Rajoutons à tout ça la possibilité de feindre des attaques au dernier moment, une technique très efficace pour embrouiller la concentration de l'adversaire. Enveloppons le tout avec un système de fatigue et nous avons un jeu qui vous offrira des sessions de jeu enflammées!

 

Un arsenal mortel

Le jeu propose 6 différentes classes qui ont fait parution dans le programme télévisé: Ninja, Pirate, Spartiate, Samurai, Viking et Chevalier. Le chevalier provient directement de Medieval Warfare et devrait être familier à tous ceux qui y ont déjà joué. Toutes les classes offrent une manière de jouer différente: le pirate est armé d'arme à feu, le ninja est rapide et en mesure d'esquiver très rapidement, le viking est en mesure d'attaquer frénétiquement à l'aide de deux épées, etc.

Chaque classe a aussi son arsenal d'armes et d'outils bien spécifiques dont les autres classes n'ont pas accès. Cela n'implique pas seulement qu'il y a une courbe d'apprentissage propre à chaque classe, mais que le joueur devra aussi adapter sa stratégie suivant de la classe de son adversaire.

 

Les modes de jeu

Vous trouverez sans doute ce que vous cherchez dans les modes de jeu qui sont offerts par Deadliest Warrior. Le joueur qui préfère affronter un et un seul adversaire à la fois pourra jouer au mode Duel. Le mode Free For All offre une expérience chaotique où chaque joueur compétitionne pour la première place. Mais le morceau le plus juteux du jeu provient des modes Team Death Match et Last Team Standing, où de 2 à 6 équipes s'affrontent sur différents champs de bataille. Pour les adeptes de capture du drapeau, les modes de jeu Plant The Banner et Hold The Banner s'offrent à eux.

 

Esthétique, visuel et son

Le moteur Unreal Engine 3 nous démontre une fois de plus qu'il est capable de nous épater visuellement. Tout comme Medieval Warfare, Deadliest Warrior nous en met plein la vue avec un des environnements diversifiés et colorés. La nature du jeu nous permet d'explorer des emplacements radicalement différents les un des autres (île tropicale, château médiéval, village nordique...). Il est visuellement et auditivement satisfaisant d'assaillir les autres joueurs de coups et de baffes. Chivalry: Deadliest Warrior est un jeu agréable à regarder et à entendre.

 

Le verdict

J'ai eu beaucoup de plaisir à jouer à Deadliest Warrior. En tant que vétéran de Medieval Warfare, j'apprécie les changements et le souffle d'air frais qu'apporte Deadliest Warrior. Certains apprécieront les niveaux plus ouverts et leur atmosphère moins sombre par rapport au premier opus. Je conseillerai ce jeu à celui qui a déjà expérimenté Medieval Warfare et qui veut une nouvelle expérience tout en conservant son très bon système de combat.

Étant donné que Dealiest Warrior est une extension de Medieval Warfare, il vous faudra absolument posséder le premier jeu avant d'explorer Deadliest Warrior. Dans tous les cas, je conseille fortement aux nouveaux joueurs de jouer à Medieval Warfare en premier, qui est un peu plus facile à prendre en main, plutôt que de passer directement à Deadliest Warrior (qui nécessite le premier jeu de toute façon).

Chivalry: Deadliest Warrior est disponible sur Steam.