/news/currentevents
Navigation
L’Isle-Verte

Le défi de combattre un incendie par grand froid

L’Isle-Verte
FRANÇOIS DROUIN/INFO DIMANCHE/AGENCE QMI


Coup d'oeil sur cet article

Dans des conditions météorologiques intenses de froid et de vent, comme celles qu’ont vécues les pompiers dans l’incendie de la Résidence du Havre à L’Isle-Verte, les secours doivent adapter leurs méthodes de travail, selon Martin Farmer, chef aux opérations au service de sécurité incendie de Montréal.

Pendant l’incendie de la résidence dans la nuit de mercredi à jeudi, le thermomètre affichait – 28 degrés Celsius avec le refroidissement éolien.

Après les premiers jets d’eau envoyés vers l’incendie, «il faut vider l’eau de tous les autres camions et utiliser les bornes-fontaines et toujours laisser l’eau couler des tuyaux», explique Martin Farmer.

Des rafales de 35 km/h venant du nord-ouest ont été enregistrées la nuit dernière à L’Isle-Verte, mais que le vent soit fort ou faible, les techniques pour éteindre un incendie ne changent pas.

«On travaille en oblique ou en horizontal pour ne pas avoir le vent dans le visage», recommande Martin Farmer.

Les pompiers peuvent appeler le centre des opérations gouvernementales pour les urgences pour connaître la direction et la force du vent.

«La priorité pour le poste de commandement, c’est le roulement du personnel», explique Martin Farmer, chef des opérations à Montréal.

Avec un froid intense, les pompiers doivent aller réchauffer leur masque à oxygène et leurs mains au bout de deux heures.

«Nos gars ont les mêmes vêtements de combat en hiver et en été, c’est à eux de s’habiller plus chaudement et d’avoir des vêtements de rechange, ajoute Stéphane Corriveau, chef aux opérations. On demande le véhicule 1330 en 2e alarme.» Ce camion contient les cotons ouatés, les bas de rechange, des boissons chaudes et du chauffage d’appoint.


 

Commentaires