/lifestyle/columnists
Navigation
Zone libre

Sexy maladie

zone libre cancer
illustration christine lemus

Coup d'oeil sur cet article

L’image date déjà de 2011, mais elle circulait encore récemment sur les réseaux sociaux. La pub représente trois jeunes femmes magnifiques, enlacées, cachant gracieusement leurs petits seins, les lèvres vivement peintes en rose. Commanditée par Estée Lauder, la pub clame «TOGETHER» pour nous sensibiliser à la cause du cancer du sein.

L’image date déjà de 2011, mais elle circulait encore récemment sur les réseaux sociaux. La pub représente trois jeunes femmes magnifiques, enlacées, cachant gracieusement leurs petits seins, les lèvres vivement peintes en rose. Commanditée par Estée Lauder, la pub clame «TOGETHER» pour nous sensibiliser à la cause du cancer du sein.

En ce début du XXIe siècle, tout est sexy, même la maladie­­.

Ça m'a bizarrement fait penser à l'Halloween. Je me suis demandé à quel moment tous les costumes (ou presque) sont devenus sexy. Infirmière sexy, à la limite, c'est un peu convenu. Sorcière sexy, vampire sexy, poupée sexy, pompière sexy. Jusqu'à l'invasion récente des zombies sexy. Parce qu'on n'arrête pas le progrès.

Regarder la mort en face

Rappeler que l'Halloween est d’abord la fête des Morts est peut-être inutile puisque ce ne sera sans doute pas la seule fête qui a été détournée de son sens initial. N'empêche que l'Halloween est devenue ce moment où les monstres et autres créatures revenues de l’au-delà (ou de sous la terre) rivalisent pour être le plus attirant possible, et me semble témoigner d'une difficulté générale à envisager la mort et la frayeur qui l’accompagnent.

Rendre la maladie sexy va dans le même sens.

Même Movember, après tout, se joue autour d’un symbole un peu démodé de virilité que chacun se plaît à réinventer, mais toujours dans l’idée d’améliorer son image. La moustache devient ludique, mais surtout généreuse.

Ainsi, ce ne serait que sous son plus bel angle que la maladie mobilise.

Le problème, c'est que ce faisant, on oublie que le cancer est aussi une affaire de corps malade, de corps atrophié, de corps opéré. Et, malheureusement, une affaire de corps en danger.

Le corps cicatrisé

Pour en revenir au cancer du sein, l'imagerie du corps opéré est de plus en plus présente dans la sphère publique. Depuis quelques années, nous avons vu ces corps cicatrisés dans différents projets, le dernier exemple en date étant le personnage de Anne Casabonne dans Unité 9.

Ces images me semblent éminemment importantes parce qu'elles disent un peu tout ce qui se trame dans l'angle mort de cette maladie. Survivre au cancer, ce n'est pas pourtant être indemne, ni physiquement ni psychologiquement.

Au-delà de la joie de marcher vers la guérison, d'avoir évité le pire, il faut aussi vivre avec ce corps différent et marqué.

Que nous disent les nymphes aux lèvres roses d'Esthée Lauder à ce propos?

Ni plus ni moins que ce que des nymphes semblables nous disent quand elles vendent du parfum, du yogourt, des jeans ou des maisons.

Elles disent que le corps fantasmé des femmes peut tout vendre. Tellement qu'on ne voit pas de paradoxe à l'utiliser pour promouvoir une mobilisation autour d’une maladie qui ne laisse pourtant ni le corps féminin ni son fantasme complètement indemnes.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.