/misc
Navigation

Apprécier chaque moment

Coup d'oeil sur cet article

Le travail a été fait pour offrir la meilleure performance de ma saison à Sotchi. Maintenant, le reste dépend de facteurs que je ne peux pas maîtriser.

Le travail a été fait pour offrir la meilleure performance de ma saison à Sotchi. Maintenant, le reste dépend de facteurs que je ne peux pas maîtriser.

J’ai choisi de venir en Norvège pour terminer ma préparation avant les Jeux olympiques. Depuis vendredi dernier jusqu’à jeudi, je m’entraîne à Vors-Myrkdalen, sur la même piste utilisée durant les championnats du monde de l’an dernier. Cette piste a la particularité de contenir de la neige humide, ce qui me rapprochera des conditions prévues à Sotchi.

Grâce à la collaboration de B2Dix, je suis le seul skieur de l’équipe nationale ici en Norvège. Plusieurs membres de mon entourage m’accompagnent, dont un thérapeute, un psychologue sportif, mon entraîneur, Michel Hamelin, et l’entraîneur de l’équipe du Québec, Vincent Sigouin. Vincent est un ancien coéquipier de l’équipe nationale, un gars qui a beaucoup de talent et qui m’a beaucoup aidé durant mes entraînements sur une rampe d’eau. Je suis content de partager cette semaine avec lui et il nous sera d’une aide très précieuse pour travailler sur la piste.

Profiter de tout

Je prévois me diriger à Sotchi le samedi 1er février. Dès mon arrivée là-bas, je compte bien profiter de chaque occasion pour apprécier les moments, entre autres celui de descendre tout simplement sur la piste.

Après notre épreuve, le lundi 10 février, j’ai prévu passer du bon temps avec ma famille. Ma conjointe vivra ses premiers Jeux et je suis excité de pouvoir partager ces beaux moments avec elle. Nous allons en garder de riches souvenirs.

Ma dernière cérémonie

Évidemment, je participerai à la cérémonie d’ouverture. Le temps est parfait pour nous, les quatre gars de l’équipe canadienne. Comme il nous sera interdit de nous entraîner dans la piste le lendemain, en raison de l’épreuve des filles, nous pourrons donc aller à la cérémonie et nous coucher à 2 h de la nuit. C’est parfait ainsi!

Ce sont mes troisièmes Jeux et j’ai assisté à chaque cérémonie d’ouverture. Je me considère comme chanceux de vivre cette expérience toujours inspirante. À Vancouver, entre autres, ça avait été magique. Là non plus, on ne skiait pas le lendemain et j’en avais profité.

Par contre, je n’aurai pas de regret de ne pas vivre la cérémonie de fermeture. Si je prolongeais mon séjour à Sotchi, ça m’obligerait ensuite à aller directement au Japon en prévision de la Coupe du monde, le 1er mars. Déjà que je serai parti de la maison depuis plus d’un mois, il me faudrait ajouter quatre semaines sans voir ma famille et mes amis, puisque la saison doit se terminer le 21 mars.

Non, je préfère rentrer à Montréal pour une semaine avant de m’attaquer au dernier bloc de courses.

Je sais que les semaines défileront rapidement à compter de maintenant. Je m’engage dans la dernière partie de ma dernière saison en carrière. Je veux donc profiter de chaque instant...

— Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires