/news/currentevents
Navigation
SPVM | Intégrité mise en doute

SPVM: un autre policier sous enquête pour avoir présumément fourni de l’information à un mystérieux homme d’affaires canado-iranien

Philippe Paul
Photo courtoisie Les relations entre Arian Azabar et le policier Philippe Paul ont amené le SPVM à «déplacer» ce dernier.

Coup d'oeil sur cet article

La police de Montréal a «déplacé » de ses fonctions, hier, un autre policier vedette de sa division du crime organisé parce qu’il est visé par une enquête avec de possibles répercussions internationales.

Dans le jargon policier, le terme «déplacé» signifie d’être affecté à d’autres tâches dans un service différent, sans perte de salaire et d’avantages. Dans la division du crime organisé, cela signifie aussi perdre ses accès informatiques privilégiés, perdre le droit de contacter ses sources et même d’utiliser le téléphone cellulaire du service.

Selon les informations obtenues par notre Bureau d’enquête, les allégations qui visent le sergent-détective Philippe Paul sont si préoccupantes que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS) sont intervenus dans le dossier pour assister le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans son enquête.

Le printemps dernier, la GRC a informé le SPVM qu’elle avait reçu des allégations d’une source qui remettait en question l’intégrité du sergent-détective Paul, de la Division du crime organisé.

Cette source a prétendu que l’enquêteur fournissait de l’information à Arian Azarbar, un mystérieux homme d’affaires canado-iranien de Montréal.

Cette même source mentionne, selon un rapport du SPVM, que la personne à qui Paul communiquerait des informations serait «un agent de renseignements iranien.»

Nous n’avons, à ce stade, aucune preuve que le sergent-détective Paul ou M. Azarbar auraient commis des gestes douteux ou illégaux. Nous n’avons pas non plus de preuve que M. Azarbar serait un agent de renseignements iranien.

Azarbar nie

Dans une entrevue, hier, M. Azarbar a catégoriquement nié être un agent de renseignement iranien. Il a aussi nié avoir reçu de l’information du sergent-détective Philippe Paul pour la refiler à d’autres personnes.

«Ce sont de fausses allégations. J’ai gagné ma vie légalement avec des activités strictement commerciales. Je n’ai jamais commis de crimes», a-t-il dit.

Toutefois, Azarbar admet connaître quelques agents de renseignements canadiens du SCRS et il admet qu’il a été interrogé sur ses activités et projets à l’extérieur du pays.

Quant à Philippe Paul, il n’a pas répondu aux nombreux appels de notre Bureau d’enquête.

Le SPVM est durement éprouvé depuis deux ans. En janvier 2012, TVA Nouvelles mettait au jour l’existence de la taupe Ian Davidson qui tentait de vendre de l’information policière à la mafia. Le 5 octobre dernier, Benoît Roberge, tout juste retraité du SPVM, était arrêté par la Sûreté du Québec pour avoir possiblement vendu des renseignements aux Hells Angels.

Avec la collaboration de Félix Séguin
Commentaires