/misc
Navigation
Confidentiel

Entretien avec Julie Thibaudeau

WIT-FREESTYLE-SKIING-WORLD-CUP-MOGULS---CALGARY
photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Ça y est! Après des années d’attente, le coup d’envoi officiel des Jeux olympiques de Sotchi a été donné! Si tous les yeux sont tournés vers les athlètes, je pense beaucoup aux parents. Ces papas et mamans qui ont vu leurs enfants rêver de devenir champions et qui sont sur le point de les voir réaliser de grands rêves.

Ça y est! Après des années d’attente, le coup d’envoi officiel des Jeux olympiques de Sotchi a été donné! Si tous les yeux sont tournés vers les athlètes, je pense beaucoup aux parents. Ces papas et mamans qui ont vu leurs enfants rêver de devenir champions et qui sont sur le point de les voir réaliser de grands rêves.

Je regarde les cérémonies d’ouverture avec les Marquis et les Gagnon, nous sommes tellement heureux, que d’émotions!

Mikaël a été l’un des premiers athlètes qualifiés pour les Jeux de Sotchi, ça nous a enlevé un gros stress.

Nous vivons une montagne d’émotions depuis quelques semaines. Lors de sa compétition à Val St-Côme, le parcours était glacé et mon cœur de maman se serrait. Je ne voulais pas que Mikaël se blesse!

Mon fils est un gars d’équipe, même si c’est un sport individuel. Mikaël était extrêmement heureux quand Philippe Marquis a finalement obtenu son billet pour Sotchi.

Si mes enfants ont commencé le ski c’est que je n’avais pas envie qu’ils jouent au hockey. Mais je n’avais jamais pensé que je serais bénévole à -30 degrés.

Maxime, Audrey et Mikaël ont été sur l’équipe du Québec, mais à un certain moment, deux ont choisi les études au cégep, ce fut une décision crève-cœur.

Quand Mikaël a gagné la course à Deer Valley, sa médaille était une montre. Il a offert le précieux cadeau à son frère, en le plaçant sur son lit.

Chacun de mes enfants connaît son succès. Mikaël est aux Olympiques, Maxime réalisera son rêve en devenant sous peu chiropraticien, et Audrey étudie en sciences de la nature et elle connaîtra également son succès.

À 10 ans, Mikaël a commencé à se visualiser aux Olympiques.

Il a dessiné les anneaux et il a collé le tout au plafond de sa chambre afin de toujours le voir avant de dormir.

Avant qu’il ne parte pour Sotchi, on s’est couché dans son lit ensemble, et on a regardé son dessin qui est toujours là. 11 ans plus tard, ça y est! Très émouvant de le voir réaliser ce grand rêve.

Quand Mikaël revient à la maison l’été il doit passer la tondeuse Tout le monde y passe!

Je savais que Mikaël avait une destinée sportive. Jeune, il avait déjà de grandes habiletés athlétiques, une agilité incroyable. Il bougeait beaucoup.

J’étais à la conférence de presse lorsqu’il a reçu sa veste officielle du Canada. Lorsqu’il l’a enfilée, il m’a regardé avec un méga sourire.

Maxime et Audrey ont écrit une lettre à leur frère qu’ils ont placée dans sa valise avant qu’il parte pour Sotchi.

L’avenir post-olympique n’est pas encore défini. Rien ne presse, mais quand il trouvera, il embrassera sa deuxième carrière avec passion.

Pour passer mon stress de maman, je vais au gym et je fais de la course à pied.

Commentaires