/misc
Navigation
Courte piste | 1500 mètres

Sotchi: Charles Hamelin remporte l'or au 1500 mètres

Couronné hier au 1500 m, Charles Hamelin se sent d’attaque pour les autres épreuves

Coup d'oeil sur cet article

SOTCHI, Russie | Amèrement déçu de sa septième place au 1500 mètres disputé il y a quatre ans à Vancouver, Charles Hamelin avait promis de tout mettre en œuvre pour ne pas revivre pareille déception.

Le boulot accompli durant ces quatre années a grandement payé. Hamelin a conclu cette première journée de compétition de patinage de vitesse courte piste en grimpant sur la plus haute marche du podium de ce fameux 1500 mètres.

Le Québécois a complété le parcours en 2 min 14,985 s, devant le Chinois Tianyu Han et le Russe Victor An.

«Je ne peux pas me sentir mieux que ça. Après la déception de Vancouver, je suis retourné à l’entraînement avec comme objectif que tout le travail qu’on allait faire paierait en 2014, a déclaré le nouveau monarque de la distance. Mes coéquipiers et moi, on voulait montrer au monde que le 1500 mètres, c’était également l’affaire du Canada.»

La réalité du courte piste étant ce qu’elle est, le patineur de 29 ans n’aura pas eu le temps de célébrer bien longtemps la consécration de ces quatre années d’effort.

À l’entraînement

Au moment où vous lisez ces lignes, il est déjà de retour à l’entraînement en préparation pour le 500 mètres et le relais masculin qui s’amorceront jeudi.

Quelle ingratitude ce doit être de ne pas pouvoir savourer plus que 12 heures un triomphe qu’on a mis quatre ans à préparer?

«Bien, il va y en avoir d’autres!» a lancé le médaillé d’or dans un éclat de rire.

Effectivement, les chances sont grandes pour qu’il ajoute d’autres médailles à son palmarès. Hamelin est inscrit au 500 et au 1000 mètres ainsi qu’au relais.

Cette réponse lancée sans prétention démontre la détermination et la confiance qui habitent l’athlète. Un état d’esprit qui lui a permis, en demi-finale, de faire fi d’une situation fâcheuse, comme si de rien était.

Dans les jambes et dans la tête

Hamelin tentait de garder sa position de tête lorsque le Néerlandais Sjikie Knegt a tenté un dépassement par l’intérieur lors d’un virage. Une manœuvre qui l’a obligé à sortir de sa ligne de course. Une situation qui aurait mis un terme aux espoirs de bien des athlètes. Pourtant, Hamelin s’est installé en tête dans les mètres suivants.

«Je l’ai vu arriver au dernier instant. J’ai été un peu surpris. Lorsque ça arrive, il faut que tu laisses aller. Sinon, tu risques de tomber avec l’adversaire. Même si j’ai ouvert la porte, je n’ai perdu aucune vitesse. Ça m’a permis de revenir rapidement parmi les deux premiers.»

Si Derrick Campbell, son entraîneur, convient qu’il faut de la puissance dans les jambes pour parvenir à remonter aussi facilement, il soutient que ce n’est pas la seule qualité requise.

«Par le passé, Charles se serait mis en colère. Aujourd’hui, il est demeuré calme et concentré et a repris sa position sans en faire de cas. C’est une belle qualité», a expliqué Campbell, médaillé d’or olympique au relais à Nagano, en 1998.

Également inscrit à l’épreuve du 1500 mètres, François Hamelin a pris le deuxième rang de la finale B. Disqualifié, Michael Gilday a vu son parcours prendre fin en demi-finale.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.