/news/politics
Navigation
Hydro-Québec | Travailleurs de la construction

Commission Charbonneau: douze grutiers payés à jouer aux cartes pendant deux ans par Hydro-Québec

Coup d'oeil sur cet article

Après une semaine de relâche, la commission Charbonneau interrogera l'enquêteur Michel Comeau ce matin. Il pourrait aborder la question du placement syndical, plus particulièrement au sein de la FTQ-Construction.

Une douzaine de grutiers affiliés à la FTQ-Construction ont été payés à ne rien faire pendant deux ans par Hydro-Québec sur le chantier d'une centrale hydro-électrique au Saguenay, a raconté l'enquêteur Michel Comeau à la barre ce matin.

De retour après une semaine de pause, la commission Charbonneau se penche désormais sur le placement syndical dans l'industrie de la construction au Québec.

«On va tourner nos regards sur ce qui se passe sur les chantiers», a déclaré le procureur de la commission, Me Simon Tremblay, mentionnant les cas de discrimination, d'intimidation et d'extorsion recensés, entre autres, par l'enquêteur Michel Comeau.

Au cours des derniers mois, ce dernier a en effet rencontré près de 70 travailleurs, délégués syndicaux et entrepreneurs en construction. En s'appuyant sur de nombreux témoignages, Michel Comeau a décrit les conditions de travail surprenantes qui lui ont été rapportées sur plusieurs chantiers québécois.

À la Centrale de Péribonka au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Hydro-Québec aurait ainsi accepté de payer une douzaine de grutiers à dormir et à jouer aux cartes, pendant deux ans, afin d'assurer le bon déroulement des travaux entre 2004 et 2008.

Les problèmes ont commencé lorsque les grutiers de l'entreprise allemande Bauer - qui avait obtenu un contrat de colmatage sur la centrale - sont arrivés sur le chantier. Furieux de se faire «voler leur job», les grutiers québécois affiliés à la FTQ-C ont commencé à ralentir les travaux.

Après les visites de l'ex-DG et de l'ex-président de la FTQ-C, Jocelyn Dupuis et Jean Lavallée, sur le chantier, une entente aurait été conclue entre le syndicat et Hydro-Québec: les grutiers de la FTQ-C seraient payés à ne rien faire, pendant que les Allemands travailleraient.

Les membres du syndicat recevaient alors 100 % de leur salaire et de leurs primes, et étaient parfois payé temps double alors qu'ils se trouvaient chez eux, dormaient ou discutaient dans les roulottes, a expliqué Michel Comeau.

«C'était toléré et tout le monde le savait», a-t-il indiqué à la commission Charbonneau.

De l'argent cash pour acheter la paix

Autre chantier, autres problèmes. À l'aluminerie Alouette à Sept-Îles - dont il a déjà été question à la commission Charbonneau - certains entrepreneurs auraient été obligés de verser des sommes d'argent comptant (entre 15 000 et 50 000 $ selon des témoignages) aux délégués syndicaux pour «acheter la paix syndicale» sur le chantier, a expliqué l'enquêteur.

Simard-Beaudry avait obtenu le contrat général de l'aluminerie. L'entreprise était dirigée par le fils de Tony Accurso, Jimmy. Celui-ci aurait également sollicité de l'argent auprès des autres entrepreneurs qui oeuvraient sur le chantier pour assurer cette fameuse «paix syndicale».

«C'était évident qu'il y avait une entente entre la FTQ-C et Simard-Beaudry», a-t-on confié à Michel Comeau, soulignant «le copinage» qui existait clairement entre eux deux.

Le chantier était «anormalement calme», a-t-il rapporté à la juge, et les travaux se sont terminés avec trois mois d'avance.

Joe Lombard, qui était chargé de la gestion du chantier, aurait offert à plusieurs représentants syndicaux et entrepreneurs des virées en bateau à Sept-Îles, des feux d'artifices et des soupers.

« La CCQ n'avait pas d'autorité »

Il y a quelques semaines, la commission a également appris que M. Lombard avait passé du bon temps sur le Touch de Tony Accurso sous les tropiques, avec Jocelyn Dupuis et Jean Lavallée.

Par ailleurs, les délégués syndicaux de l'International, Jules «Matou» Bernier, et de la FTQ-C, Bernard «Rambo» Gauthier, avaient une véritable influence sur le chantier de l'aluminerie.

«La CCQ [Commission de la construction du Québec] n'avait pas vraiment d'autorité», a expliqué M. Comeau.


 

Commentaires