/entertainment/celebrities
Navigation
Ginette Reno | Malaise cardiaque

Ginette Reno a cru que son heure était arrivée

Ginette Reno, nouvelle tournée
photo d’archives « J’ai prié, j’ai prié sans arrêt. Je me suis dit: "Peut-être qu’il a besoin de moi, là-haut". Ensuite j’ai compris que ce n’était pas pour tout de suite.» - Ginette Reno

Coup d'oeil sur cet article

L’une des plus grandes voix du Québec a failli s’éteindre. Foudroyée par une crise cardiaque alors qu’elle était en Floride, Ginette Reno a dû être hospitalisée d’urgence. De retour au Québec, depuis quelques jours, elle reprend tranquillement des forces. «J’ai vécu un petit miracle», constate-t-elle.

L’une des plus grandes voix du Québec a failli s’éteindre. Foudroyée par une crise cardiaque alors qu’elle était en Floride, Ginette Reno a dû être hospitalisée d’urgence. De retour au Québec, depuis quelques jours, elle reprend tranquillement des forces. «J’ai vécu un petit miracle», constate-t-elle.

C’était le 29 janvier dernier. Seule dans son condo de la Floride, Ginette Reno a frôlé la mort. «J’ai téléphoné tout de suite à une amie qui est sur le même étage que moi et je lui ai demandé de venir à mon secours», raconte-t-elle, dans une entrevue exclusive, accordée au Journal. Transportée en ambulance jusqu’au Florida Hospital Memorial, Ginette Reno a cru que son heure était arrivée. «J’étais effrayée, confie-t-elle. J’ai regardé la mer et je me suis dit: “peut-être que je la vois pour la dernière fois.” Je me suis vraiment posé la question.»

Le combat

Souffrante depuis plusieurs jours, Ginette Reno ne se doutait toutefois pas que c’était son cœur qui lui jouait des tours. «J’étais en douleur depuis une semaine. Je dormais 17 heures par jour. Mais je ne m’attendais pas à ça», dit-elle.

À son arrivée à l’hôpital, elle n’avait qu’une idée en tête: retourner chez elle. «J’ai été très rebelle, je ne voulais rien savoir, avoue-t-elle. Je déteste les hôpitaux et j’ai de la misère avec les médecins.» Mais une infirmière lui a vite fait voir les choses autrement. «Elle m’a dit: “Si tu crois en Dieu ma belle, je pense que tu aurais intérêt à te laisser soigner parce que si tu repars, tu ne te rendras pas chez toi.”», raconte Ginette. Effectivement, les tests ont révélé que l’une de ses artères était bouchée à 95%. «Quand ils ont vu ça, ils ont décidé de m’opérer tout de suite, dit-elle. Ils ont fait ça vite. Et tant mieux parce que sinon, je serais encore en Floride dans une petite boîte brune.»

Très croyante, Ginette a fait plus de 20 chapelets durant son hospitalisation. «J’ai prié, j’ai prié sans arrêt, dit-elle. Je me suis dit: “Peut-être qu’il a besoin de moi, là-haut.” Ensuite, j’ai compris que ce n’était pas pour tout de suite.» Ses trois enfants ont pris le premier vol vers la Floride.

Après quelques jours de repos, elle est finalement revenue au Québec vendredi dernier. Pour l’instant, son but est simplement de «passer à travers le mois», mais elle assure qu’elle se porte mieux et qu’elle prend bien soin de sa santé.

 

Commentaires