/news/currentevents
Navigation
Terrebonne | Double meurtre

Meurtres méticuleusement exécutés à la façon de «Dexter»

Luc Gélinas et Julie Lemieux, double-meurtre de Terrebonne
Photo d’archives La relation était plutôt houleuse entre Guillaume Gélinas (au centre) et les victimes, sa belle-mère Julie Lemieux et son père Luc Gélinas.

Coup d'oeil sur cet article

Muni d’une arme blanche, d’un imperméable et de gants, c’est un peu à la manière du tueur en série Dexter, que Guillaume Gélinas aurait exécuté le meurtre prémédité de son père etde sa belle-mère.

Muni d’une arme blanche, d’un imperméable et de gants, c’est un peu à la manière du tueur en série Dexter, que Guillaume Gélinas aurait exécuté le meurtre prémédité de son père et de sa belle-mère.

Planifiés et calculés avec soins depuis quelques jours, les meurtres du couple de Terrebonne ont connu un dénouement rapide, hier: le fils d’une des victimes a été accusé.

Guillaume Gélinas, un ex-militaire de 22 ans, fait face à deux accusations de meurtre prémédité.

Bien planifié

Il était assez connu dans l’entourage des victimes, Luc Gélinas, 54 ans, et Julie Lemieux, 35 ans, que leur relation avec l’accusé n’était pas au beau fixe. Le couple s’en était d’ailleurs confié à des proches et des collègues de travail de la SAQ, tout récemment.

Ils avaient indiqué avoir «de la misère avec lui» en raison de problèmes de comportement, qu’on croyait être reliés à des difficultés liées à son retour d’Afghanistan.

Guillaume vivait avec eux depuis un certain temps.

Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, le crime aurait été planifié de façon plutôt lucide, quelques jours avant qu’il ne soit exécuté, à l’aide d’une arme blanche.

Plusieurs achats auraient été faits pour des articles qui auraient servi dans la perpétration du drame. Un imperméable, des gants et une arme blanche auraient été utilisés lors du crime. Une façon de faire qui n’est pas sans laisser penser à Dexter, le tueur de la populaire série du même nom.

Par ailleurs, il semble que la préparation ait aussi passé par la confection d’un alibi.

Alibi Facebook

On peut penser que le message laissé sur la page Facebook de son père à 11h33 jeudi, plusieurs heures après avoir commis les crimes, faisait partie de son plan et a servi à brouiller les pistes.

«Bonne fête p’pa, j’ai essayé de t’appeler, mais tu réponds pas en meeting comme tjs j’imagine haha! Passe une belle journée!!», a-t-il écrit.

À sa recherche, la police de Terrebonne a lancé un avis de recherche pour Guillaume Gélinas destiné aux autres corps policiers, leur indiquant d’«agir avec prudence».

Pire crime

Il semble que l’accusé avait pris le chemin de Gatineau, où sa copine habite. Inhabituellement introuvable pendant plusieurs heures, il a été localisé en soirée, jeudi.

C’est en le traquant par diverses méthodes d’enquête que les policiers lui ont enfin mis le grappin dessus.

Interrogé toute la nuit et toute la journée d’hier, Guillaume Gélinas est passé de témoin à suspect. En fin de journée, deux accusations de meurtre prémédité ont été portées contre lui, les accusations les plus graves du Code criminel.

Il devait comparaître par téléphone hier soir et sera amené au palais de justice de Joliette, lundi, pour parader devant un juge.

 

Commentaires