/news/currentevents
Navigation
Maladie

Britanie, une véritable battante

Coup d'oeil sur cet article

Britanie Vadeboncoeur est une battante. Née avec une malformation cardiaque, on lui a diagnostiqué une tumeur cancéreuse au cerveau à l’aube de ses 5 ans. Aujourd’hui, à 7 ans et demi, elle est pleine de vie et toujours souriante.

«Aucun parent ne devrait vivre ça, mais aucun parent ne devrait vivre la perte d’un enfant non plus. J’ai envie de dire aux parents qui reçoivent ce diagnostic que ça va passer. Si j’avais lu une histoire comme la nôtre quand on a eu le diagnostic, ça nous aurait donné de l’espoir», affirme la mère de Britanie, Valérie Chalifoux.

Elle a eu des doutes sur l’état de santé de Britanie lorsqu’elle vomissait régulièrement, même la nuit. Elle a insisté à l’hôpital pour lui faire passer des tests qui ont révélé une tumeur cancéreuse dans le bas du cerveau, près du cervelet.

Britanie a dû subir deux chirurgies importantes à quelques jours d’intervalle. Elle devait se faire opérer au cœur avant de se faire enlever sa tumeur cancéreuse au cerveau, qui avait la grosseur d’un cinq sous. Ces opérations ont duré 6 heures et 10 heures.

Des traitements de radiothérapie et de chimiothérapie ont suivi. Une épreuve difficile pour la famille et surtout pour la mère, qui était enceinte.

«L’important, c’est qu’elle est là»

Ces traitements ont eu des conséquences sur la vie de la fillette, qui a arrêté de marcher et de manger durant 6 mois. Le plus difficile, selon son père, Patrick Vadeboncoeur, a été la perte de ses cheveux. «Quand elle s’est vue dans le miroir sans cheveux, elle n’a pas trouvé ça comique.» Selon ses parents, Britanie commence à comprendre davantage ce qu’elle a traversé.

Elle est maintenant suivie en réadaptation, notamment en physiothérapie, en ergothérapie et par une orthophoniste. La fillette, qui est en première année, doit porter des lunettes et des appareils auditifs. Elle devra également prendre des hormones de croissance.

La tumeur a laissé des séquelles, mais c’est un détail pour les parents, simplement heureux qu’elle soit toujours là. «Même si ce qu’elle fait prend plus de temps, qu’elle obtienne son diplôme plus tard que les autres, le plus important, c’est qu’elle est là, avec nous. Tous les trois mois, quand elle passe son scan et que tout est beau, c’est comme si on gagnait le million», affirme sa mère.

De beaux moments et de l’aide

La famille reconstituée, qui compte 6 enfants, a tout de même passé de beaux moments à travers la maladie. Grâce à Rêves d’Enfants, ils ont fait une croisière jusqu’à Walt Disney et ils ont aussi pris l’avion pour aller chercher le père Noël avec Air Transat.

Leucan a également été d’un grand secours pour aider la famille à surmonter l’épreuve.


Le cancer du cerveau en chiffres

Les tumeurs cérébrales sont rares, surtout chez les enfants;

- Au Canada, de 2003 à 2007, il y a eu 1039 cas de jeunes âgés entre 0 et 19 ans et 258 décès.

- Le taux de survie à ce cancer chez un enfant est de 71%.

- Les enfants âgés de plus de 3 ans ont un meilleur pronostic de survie, puisqu’ils peuvent recevoir de la radiothérapie.

- Les principaux symptômes sont de violents maux de têtes, des vomissements fréquents, la faiblesse d’une ou de plusieurs parties du corps, des troubles de mémoire, de la confusion, etc.;

- Souvent, la tumeur ne peut être complètement retirée en raison de son taux d’infiltration, ou des risques de séquelles sur le patient.

Source: Centre du cancer – Cliniques universitaires Saint-Luc et Société canadienne du cancer

 

 

Commentaires